Cinéma

Notre cœur fait boum pour Sophie Marceau

Quand Mathieu emballe Vic c’est sur du Richard Anderson

© Gaumont

Née le 17 novembre 1966, l’actrice française Sophie Marceau souffle ses 55 bougies. Le temps d’une journée anniversaire et d’un article, revenons sur la carrière de l’éternelle Vic Beretton du Cinéma français et retraduisons tous les titres de ses films (ou presque) pour les replacer dans une grande saga "La Boum" !

Les rêves sont ma réalité, la seule chose de réellement féerique…

Alors qu’une bande d’ados jerkent sur un rock endiablé, Vic ne voit pas arriver derrière elle Mathieu avec son walkman. Dans les oreilles, il y a "Reality", ce tube de Richard Anderson. La demoiselle, elle fond et enlace tendrement son prince charmant. Et les voilà partis pour l’un des plus beaux slows du Cinéma français (à part "Destinée" dansé dans "Le Père Noël est une ordure", vous en connaissez d’autres vous ?)

Loading...

Cette scène mythique de "La Boum", réalisé par Claude Pinoteau, écrit par Danièle Thompson (qui s’est inspirée des crises d’ado de sa propre fille Caroline) et sorti en 1980, nous l’avons encore tous en tête car nous voulions tous être ledit Mathieu pour emballer Vic Beretton. Quant aux filles, elles auraient toutes voulu (non pas être mais) connaître le même Mathieu et danser comme ça pendues à son cou. Mathieu, encore et toujours lui, grrrr… Mais qu’importe, la véritable star c’est elle, c’est Vic, c’est Sophie Marceau. À partir de ce moment-là, alors qu’elle n’a que 13 ans, Sophie Maupu (née le 17 novembre 1966, happy you Sophie) devient la nouvelle petite fiancée de la France… comme l’ont été avant elle, en vrac et dans le désordre, Brigitte Fossey, Brigitte Bardot, France Gall, Catherine Deneuve, Marlène Jobert et Michelle Mercier.

Loading...

Soyons honnêtes, Sophie Marceau n’arrivera jamais à se défaire de cette image. Vic Beretton lui collera toujours à la peau. Mais est-ce qu’elle désire s’en débarrasser ? Un jour en interview, elle m’a avoué qu’elle était très fière de ce premier rôle ! Un rôle qui a connu une suite en 1982 avec "La Boum 2" (elle a d’ailleurs été récompensée par le César du Meilleur espoir féminin pour ce rôle en 1983). Vic a oublié Mathieu (enfin) pour succomber aux charmes de Philippe (Pierre Cosso, re-grrrrr…) ! Plus tard dans sa carrière, elle jouera d’autres personnages que nous pouvons considérer comme l’évolution d’une Vic plus adulte. "L’étudiante" (1988) pourrait être considéré comme "La Boum 3, l’amour à la fac" à travers lequel Vic… enfin Sophie… incarne Valentine. Le film "Pacific Palisades" (1990) pourrait être retitré en "La Boum 4, l’amour aux USA". Là, Sophie aka Bernadette plaque tout pour connaître le grand amour aux States. Et "LOL" (2009) pourrait être le 5e épisode de cette saga avec une Vic devenue maman (sauf qu’ici, il s’agit d’Anne). Une maman ayant des difficultés avec sa fille, une ado pas comme les autres. Bim, la boucle est bouclée.

Loading...

Mais Sophie Marceau, très vite, a eu l’intelligence de varier les rôles et les genres cinématographiques. Elle a tourné dans pas mal de drames comme "L’Amour braque" d’Andrzej Żuławski (le papa de son fils Vincent). Elle a aussi joué des films historiques en costumes comme "Chouans !" de Philippe de Broca, "La Fille de d’Artagnan" de Bertrand Tavernier, "Braveheart" de Mel Gibson ou "Anna Karénine" de Bernard Rose !

Sophie Marceau dans "Chouans !" ou "La Boum en costumes d’époque"
Sophie Marceau dans "Chouans !" ou "La Boum en costumes d’époque" © Partner’s Production

Et ce n’est pas tout. Elle a aussi résisté à la plastique de James Bond dans "Le monde ne suffit pas". Elle a été jetée en prison dans "La taularde". Sans oublier son dernier film en date "Tout s’est bien passé" de François Ozon où elle s’occupe de régler les derniers détails de l’euthanasie d’un père diminué par un AVC.

Sophie Marceau dans "Le monde ne suffit pas" ou "James Boum 007"
Sophie Marceau dans "Le monde ne suffit pas" ou "James Boum 007" © EON Productions

Dans cette carrière bien remplie, Sophie Marceau est aussi passée derrière la caméra en réalisant 3 films. Il y a eu en 2002 "Parlez-moi d’amour", en 2007 "La Disparue de Deauville" et en 2018 "Mme Mills, une voisine si parfaite" avec Pierre Richard (la Mills en question, c’est lui). Voilà pour la Sophie qu’on aime. Et puis il y a l’autre, la Marceau des mauvais jours, sa Miss Hyde, comme lors de ce passage à Cannes. Non pas celui du Nippelgate mais bien celui de cette remise de prix un poil gênante où l’actrice s’était lancée dans une impro assez vite huée par les spectateurs qui n’attendaient qu’une chose, qu’elle remette la Palme d’or aux frères Dardenne pour "Rosetta" (c’était en 1999).

Loading...

Et la chanson, on en parle ? Car, elle a aussi été chanteuse Sophie Marceau. Certes il y a eu son duo avec François Valéry, le fameux "Dream in blue" sorti en 1981 (disque d’or quand même) mais il y a surtout eu "Certitude" en 1985. Une chose est certaine vu l’échec du projet, elle a bien fait de continuer le Cinéma. Pourtant cet album avait été entièrement composé par Étienne Roda-Gil et Franck Langolff. Excellent duo qui quelques mois plus tard trouvera le succès avec une petite nouvelle dans le game, une certaine Vanessa Paradis !

Loading...

Et si vous deviez ne retenir qu’un seul film avec Sophie Marceau, ce serait lequel ? "Fort Saganne", "Police", "Descente aux enfers", "Anthony Zimmer", "Une rencontre" ? D’excellents choix… qui ne valent pas "Joyeuses Pâques" avec Jean-Paul Belmondo et Marie Laforêt. Tout aussi drôle que rythmé, voilà un dernier film que nous pourrions retraduire par "La Boum, Vic s’offre une aventure (ratée et réussie) avec un homme plus âgé qu’elle".

Loading...

Inscrivez-vous à la newsletter à la Chronique de Hugues Dayez

Chaque mercredi, recevez dans votre boîte mail la chronique du spécialiste Cinéma de la RTBF sur les sorties de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous