Regions

"Notre vol est parti avec vingt personnes à bord": voyage de noce annulé suite à la grève et au chaos à l'aéroport de Charleroi

Blocage de l aéroport de Charleroi suite à une action du personnel du service de sûreté

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les perturbations à l'aéroport de Charleroi (BSCA) se poursuivent ce lundi matin avec, pour origine, le mécontentement du personnel de l'entreprise Security Masters qui assure d'ordinaire le filtrage des passagers et qui est rentré chez lui après avoir pris son service lundi matin, a indiqué Kevin Peeters, permanent FGTB.

Conséquences: un fonctionnement de l'aéroport lourdement impacté pour ne pas dire chaotique, des vols déviés... et quelques chanceux à bord mais surtout énormément de passagers sur le carreau.

"Aucun renseignement, un vrai b...el!"

Certains passagers sont arrivés très tôt, ce lundi matin, à l'aéroport. "Nous étions là à 03h00 du matin!" Mais en milieu de matinée, ils sont toujours bloqués devant les portes. "La sécurité a bloqué le contrôle vers 05h00 du matin. Nous, nous sommes arrivés juste avant mais on n'a malgré tout pas pu faire le checking. On est obligé de rester là."

Loading...

Finalement, ils ne partiront pas pour Pise, en voyage de noce. "On vient d'apprendre que notre vol est parti avec seulement vingt personnes à bord, soit les vingt personnes arrivées à 04h00 du matin..."

Au final, plus d'un millier de passagers patientent devant les portes qui s'ouvrent, sporadiquement, pour laisser entrer quelques chanceux au compte-gouttes. Certains sont en colère ; d'autres, résignés. 

"Nous n'avons reçu aucune information ! C'est un vrai b...el ! Je n'ai jamais vu ça..." (...) Pour ce monsieur, c'est clair: "L'avion, désormais, c'est fini!" (...)

Quant aux rares à prendre ça avec philosophie: "Là, le vol est maintenu mais il y a quand même peu de chances qu'on puisse partir: il est supposé partir dans 45'... mais les portes sont toujours fermées..."

Les voyageurs surpris par l’absence de service de sécurité à l’aéroport de Charleroi.
Les voyageurs surpris par l’absence de service de sécurité à l’aéroport de Charleroi.

Comment expliquer cette situation ?

On l'a dit plus haut: le personnel de Security Masters, qui assure le filtrage des passagers, est rentré chez lui. Jeu de dominos: le personnel de la société Protection Unit, employé d'habitude à d'autres tâches de sécurité sur le site, tente bien de prendre le relais mais, semble-t-il, ne dispose pas du personnel suffisant pour faire face à l'afflux de passagers. Pas suffisamment en tout cas pour permettre à tous les passagers de rentrer dans le terminal.

La police est également présente quant à elle aux abords du terminal. "Les portes sont ouvertes par la police tous les X passagers et ceci pour garantir un flux souple vers les postes en toute sécurité", a indiqué Philippe Verdonck, le directeur de BSCA.

Mais à 11h30, le couperet est tombé: le BSCA diffusait un message demandant aux passagers de rentrer chez eux. L'espoir (ténu) des uns s'envolait définitivement, retour à la case "maison".

Au-delà des nombreux vols retardés, précisons que la compagnie aérienne TUI fly avait pris les devants face à ce mouvement de grève et ainsi dévié vers l'aéroport de Bruxelles ses deux vols prévus lundi après-midi à destination de Tenerife et Murcia. Les passagers concernés ont été contactés et invités "à se rendre directement à l'aéroport de Bruxelles à l'heure prévue à l'origine".

A l'origine de tout ça...

A l'origine du mécontentement du personnel de Security Master figure la décision des responsables de BSCA Security de scinder le lot 1 de sécurité (filtrage des passagers) entre deux prestataires et de lancer un appel d'offres en ce sens récemment. La direction de BSCA Security justifie cette option par la volonté de trouver une continuité dans le service difficile, selon elle, à rencontrer avec un seul opérateur. 

Depuis plusieurs semaines, le personnel de Security Master, directement concerné, s'oppose à cette scission du lot, y voyant une mise en concurrence qui pourrait peser sur les conditions de travail et de rémunération des travailleurs et introduire, le cas échéant, des différences de traitement entre les effectifs des deux prestataires attendus. Une grève avait également éclaté le 2 octobre dernier.

Le personnel de Security Master n'envisage pas pour l'heure de reprendre le service ce lundi. "On est disponible si la direction souhaite avancer mais pour l'heure, on n'a pas été contacté", a indiqué Kevin Peeters.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous