Vivre Ici

Nourrir les animaux sauvages et le long des routes : que peut-on vraiment faire ?

Nourrir les animaux le long des routes ou les animaux sauvages, c’est une pratique courante. Mais est-elle bien pour l’animal ?

© Tous droits réservés

Nourrir les animaux le long des routes ou les animaux sauvages, c’est une pratique courante. Mais est-elle bien pour l’animal ? Et que dit la loi ?

Lorsque l’on se promène à la campagne, dans les bois ou même en ville et que l’on rencontre des animaux, bien souvent on a envie de leur donner à manger. Idem lorsque les animaux sont dans notre jardin.

Pourtant, en ce qui concerne la faune sauvage, "tout dépend de l’animal que l’on veut nourrir", nous explique Laurence Delcourt, responsable de soins au Creaves Namur, le centre de revalidation des espèces animales à l’état sauvage.

"Tout ce qui est animaux sauvages, ça reste du sauvage. Si on ne donne pas un coup de pouce aux oiseaux par exemple, certaines espèces pourraient disparaître de Belgique. Mais il ne faut pas faire n’importe quoi et il faut bien se renseigner."

Que dit la loi ?

Si nourrir peut éventuellement aider l’animal, attention à ce que l’on fait. En premier lieu, il est important de voir ce que dit la loi dans votre région et parfois même dans votre commune.

A Bruxelles par exemple, la réglementation régionale stipule qu’il est interdit de nourrir les animaux dans les réserves naturelles et forestières ainsi que dans les parcs régionaux gérés par Bruxelles Environnement.

Au niveau communal, l’interdiction de nourrir les animaux sauvages dans les espaces et lieux publics existe, tout comme dans les parcs communaux. Il existe parfois des exceptions, comme en temps de gel. Le mieux pour les connaître, c’est de demander à son administration communale ou de vérifier sur leur site Internet.

La nourriture donnée n’est pas toujours adaptée aux animaux et aux écosystèmes

La loi est donc claire. Il y a bel et bien interdiction de nourrir les animaux sauvages. La seule nuance concerne les oiseaux. Mais là aussi, il faut bien faire attention.

Car la nourriture que l’on propose n’est pas toujours adaptée à l’animal. Bien souvent, l’apport de nourriture va profiter en premier lieu aux espèces opportunistes comme les pigeons, les rats ou chats errants par exemple. Mais aussi les ratons laveurs. Et cela peut avoir un impact négatif sur l’environnement puisque ça permet la prolifération de l’espèce.

"Les oiseaux, je les nourris en hiver et seulement en hiver", explique Alain Paquet, ornithologue. "Mais les études s’accumulent et montrent que c’est un vecteur de propagations de maladies et parasites. Il faut donc le faire dans un souci sanitaire strict. Si on donne de l’eau, il faut la changer tous les jours. Et les mangeoires, tout type de graines sont bons sauf les arachides qui dégagent des toxines qui tuent les oiseaux si elles traînent trop dehors. Et puis, si vous voyez un oiseau malade, il faut nettoyer les mangeoires et attendre quelques semaines avant de recommencer."

Quant au pain mouillé, il n’est pas idéal pour les oiseaux et les canards car il gonfle leur estomac et peut provoquer des troubles digestifs.

"Pour les canards, parfois c’est même interdit", rajoute Laurence Delcourt. "On l’interdit, car on jette tout et n’importe quoi. Les gens ne sont pas éduqués et ne savent pas toujours ce qui est bon pour l’animal."

Si jeter du pain aux animaux ce n’est déjà pas très bon, que dire aussi de l’équilibre écologique de l’écosystème. En plus de faire du mal à l’animal, le pain va déstabiliser le fonctionnement de l’eau notamment en cas de grosses chaleurs. L’eau est trop riche en matière nutritive, cela peut même devenir toxique pour les animaux qui y vivent. Et pour rétablir l’équilibre écologique de l’étang, il faudra attendre plusieurs mois.

Et les animaux domestiques que l’on rencontre comme les chevaux ou les chèvres ?

Là aussi, cela ne sert à rien de donner à manger. Car bien souvent le propriétaire n’est pas pour et puis celui-ci s’occupe déjà de l’alimentation de l’animal.

"Et puis, on ne donne pas toujours la bonne nourriture. Je prends l’exemple des moutons : ils sont là pour nettoyer une parcelle, mais si on les nourrit, ils vont mendier et bêler tout le temps pour avoir de la nourriture. Cela peut créer un souci de voisinage", explique Vinciane Schockert, zoologue au SPW.

Vous voulez nourrir les animaux. Renseignez-vous !

Finalement, le mieux avant de se promener et d’emporter de la nourriture à donner, c’est encore de se renseigner dans votre commune ou de demander aux propriétaires de l’animal s’il est dans un enclos.

Il existe aussi différents outils sur Internet, comme sur le site de Natagora qui propose pas mal de tutoriels qui expliquent ce qui est bon ou non pour l’animal.

Sachez aussi que s’il vous reste du vieux pain, plutôt que de le donner aux canards dans l’étang, il existe de nombreuses recettes qui vous permettent de l’utiliser.

Enfin, si vous avez quand même envie d’avoir des oiseaux de toutes sortes dans votre jardin ou autres animaux comme les écureuils et si vous voulez les nourrir de la bonne manière, il n’y a pas besoin de mettre de la nourriture. Il suffit de diversifier son jardin avec des plantes.

Ne nourrissez pas les animaux au bord des routes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous