RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Nourrir Liège 2022 : gros plan sur la coopérative Les Petits Producteurs

Dans un des magasins de la coopérative Les Petits Producteurs, En Neuvice à Liège

La sixième édition de Nourrir Liège, le festival de la transition alimentaire, se déroule en ce moment.

Le festival témoigne notamment du chemin parcouru. Cheville ouvrière du festival, la plateforme baptisée Ceinture Aliment-Terre Liégeoise a notamment également été à l’initiative de la fondation en 2017 de la coopérative à finalité sociale Les Petits Producteurs, une coopérative de magasins d’alimentation locale et/ou bio.

Aujourd’hui, 620 coopérateurs financent l’activité de la coopérative Les Petits Producteurs. Elle a actuellement trois magasins à Liège et un quatrième à Visé. Ils ne sont que sa face visible. "Derrière les magasins, en fait, c’est surtout un énorme engagement avec chaque producteur qui nous livre.", explique Pascal Hennen, le gérant, "En début de saison, on s’engage sur des quantités pour pouvoir garantir au producteur des quantités à écouler et un prix qui est fixé par lui-même. Tous les produits qui peuvent être produits localement sont faits localement par nos producteurs, essentiellement liégeois. Après, pour une question de gamme de produits, par exemple, on a des oranges produites par nos producteurs Juan et Cesar qui sont du côté de Cordoba, qui sont des tout petits producteurs. Avec eux aussi, on s’engage une saison à l’avance, avec deux arrivages par semaine. Donc l’idée c’est de faire exactement la même chose avec certains produits du sud. Le grand débat, c’est la traçabilité de ces produits, souvent. Nous, on va sur place vérifier si la main-d’œuvre est bien locale, s’il n’y a pas de migrants, si c’est bien bio, parce qu’il y a souvent cette question-là."

Un modèle économique frugal

Comment tenir les engagements pris avec les producteurs tout en étant concurrentiel pour le consommateur ? "C’est l’équation la plus compliquée. Mais, en fait, elle est relativement simple si on a un modèle économique frugal.", répond Pascal Hennen, "On va essayer d’avoir des frais de fonctionnement très faibles. Donc, le producteur fixe le prix dont il a besoin. Là, il n’y a pas de négociation possible. C’est nous, notre structure de magasin qui va comprimer la plupart de ses charges. A part le salaire des gens qu’on essaie de rendre plus acceptable qu’ailleurs, on va avoir des magasins avec des coûts de fonctionnement très, très faibles. Il n’y a pas de fioritures chez nous. Il n’y a que des produits de base. L’objectif d’une coopérative à finalité sociale, ce n’est pas de faire de l’argent. Nous sommes rentables. Finalement, avec un modèle très transparent, ça tient bien la route, puisque, en fait, on a des tarifications permettant d’être moins chers que tous nos collègues concurrents mais, surtout, moins chers que la grande distribution."
 

Articles recommandés pour vous