Regions Liège

"Nous avons besoin de vous": à Beaufays, une commerçante lance un appel à ses clients sur les réseaux sociaux

La gérante, Ludivine (à gauche sur la photo), et sa co-gérante, Sarah.

© Tous droits réservés

08 sept. 2022 à 09:49Temps de lecture2 min
Par Maxime Dumoulin avec Caroline Adam

C'est un exemple -parmi d'autres- des difficultés que connaissent les petits commerçants: à Beaufays, une épicerie de proximité lance un appel à l'aide.

Avec la fin du Covid, la fréquentation du commerce est en déclin. Les clients ont repris le chemin des grandes surfaces. Et la crise énergétique ne fait qu'empirer la situation. Sur Facebook, la gérante s'adresse donc à ses clients pour leur demander de revenir.

Un appel à l'aide via les réseaux sociaux

Sur Facebook, la gérante s'adresse à ses clients pour leur demander de revenir.
Sur Facebook, la gérante s'adresse à ses clients pour leur demander de revenir. © Facebook

"Justin Mange Bien", c'est une épicerie axée sur le bio, le local et le naturel. Dans la boutique, que des produits sains, et une cliente, Ariane, séduite par le concept depuis longtemps: "J'essaye d'aller moins souvent dans les grandes surfaces" explique-t-elle.

Les temps sont durs, et ici, les prix sont forcément plus chers qu'en grande surface, mais pour Ariane, hors de question de transiger: "Je préfère dépenser peut-être un peu plus cher mais essayer de diminuer les quantités au profit de la qualité."

De moins en moins de clients

Les clientes comme Ariane sont rares et l'affluence n'est pas au beau fixe. Ludivine Beaujean est la patronne du magasin. Elle appelle les consommateurs à revenir au plus vite: "Si le citoyen et le consommateur final ne poussent plus la porte de façon aussi régulière que ce qu'ils faisaient avant, on n'a plus de raison d'être. On a des clients qu'on ne voit plus pendant six mois, puis qui reviennent, et nous, ça a une influence sur notre assortiment, et puis aussi sur notre moral et sur la raison d'être de notre magasin."

Des factures énergétiques qui explosent

L'appel de Ludivine est aussi motivé par ses factures énergétiques qui explosent: "Mon propriétaire m'a envoyé un gentil petit mail pour me dire qu'il y avait une régularisation de 3700 euros d'énergie à payer. Sauf qu'on ne les a pas."

Et elle comprend que ses clients font face aux mêmes difficultés. Certains ont répondu à son appel: "Ils étaient conscients qu'ils mangeaient de très mauvaises choses, mais qu'ils allaient au moins cher."

Pour affronter la période à venir, Ludivine a un autre travail sur le côté. En quelques mois, ses acomptes énergétiques ont doublé. Elle paie autant en électricité qu'en marchandise. Elle ne sait pas combien de temps elle pourra tenir, mais compte sur le retour de ses clients.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous