RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Monde Europe

"Nous ne pouvons pas accepter que l'Ukraine devienne une plateforme de forces hostiles envers la Russie", dit l'ambassadeur russe en Belgique

08 févr. 2022 à 10:17 - mise à jour 08 févr. 2022 à 13:55Temps de lecture9 min
Par A. Lo. sur base d'une interview de Thomas Gadisseux

Alexander Tokovinin, ambassadeur russe à Bruxelles était l’invité de Matin Première alors qu'il sera auditionné par les députés du parlement courant de la journée, à propos de la situation en Ukraine. Face à Thomas Gadisseux, il a rappelé la position de la Russie dans cette situation de crise, alors que des milliers de soldats russes sont amassés à la frontière ukrainienne.

 "La situation dans la sécurité européenne n'est plus tenable. On ne cherche pas de guerre, on ne veut pas de conflit, mais on voit que la situation avec la sécurité est devenue intenable pour la Russie."

Le fait que l'Ukraine devienne membre de l'OTAN "est une véritable ligne rouge" à ne pas franchir pour la Russie. "Nous ne pouvons pas accepter que l'Ukraine devienne une plateforme de forces hostiles envers la Russie." "Les racines des problèmes d'aujourd'hui se trouvent dans les années 90, où nos partenaires occidentaux ont choisi l'élargissement de l'OTAN au lieu de chercher de nouveaux mécanismes de sécurité équitables indivisibles."

A propos de la rencontre entre les présidents français et russe ce lundi soir"je ne peux pas dire exactement ce qui a été discuté hier soir, la réunion a duré six heures, Mr. Poutine a exprimé sa gratitude au président Macron pour avoir pris cette initiative" a déclaré l'ambassadeur. Et de rassurer quant à l'acheminement du gaz russe vers l'Europe"Notre pays a toujours été un partenaire fiable en ce qui concerne les livraisons d'énergie, et ça doit rester comme ça"

Sur le même sujet

L'armée russe entame de grandes manoeuvres en Biélorussie, en plein pourparlers sur l'Ukraine

Monde

Après ses rencontres avec les présidents russe et ukrainien, Macron pense "possible de faire avancer les négociations"

Monde Europe

Articles recommandés pour vous