Famille

Nouveaux tarifs dans les crèches subventionnées : voici le prix en fonction de vos revenus

En moyenne, une famille paye 463 euros par mois pour mettre son enfant à la crèche.

© Getty images

Temps de lecture
Par Marie-Laure Mathot avec Ambroise Carton

En moyenne, une famille paye 463 euros par mois pour mettre son enfant à la crèche. Un prix qui varie fortement s’il fréquente une crèche privée ou une crèche subventionnée. Dans le second cas, le prix des crèches est adapté, comme chaque année, le 1er janvier. Mais avec deux particularités pour 2023 dans les crèches subventionnées en Wallonie et pour les francophones de Bruxelles. Les parents solos payent 30% moins cher. Et pour les parents bénéficiaires du statut de l’intervention majorée (BIM), la crèche est gratuite.

Ce prix, c’est ce qu’on appelle la participation financière des parents (pfp). Elle est calculée sur base des revenus mensuels nets du ménage. S’il y a plusieurs revenus, ils sont donc additionnés. Vous pouvez tester par vous-même à combien la crèche subventionnée vous reviendrait, un chiffre qui peut varier selon d’autres critères (voir ci-dessous).

Loading...

Notez que ce prix est donné à titre indicatif. Il est valable pour les crèches que l’on appelle "subventionnées", c’est-à-dire, celles qui appliquent les grilles tarifaires Pfp (participation financière parentale). Ces milieux d’accueil représentent environ deux tiers des places en Wallonie et à Bruxelles. Le reste sont des places que l’on appelle communément en milieux d'accueil "privés" qui fixent librement leurs tarifs.

Notez aussi que la participation financière ne couvre pas le lait s'il est spécifique, les langes, les médicaments, les aliments de régimes, et les vêtements.

D’autres éléments peuvent aussi entrer en considération dans votre facture finale. Par exemple, les loyers pour les parents propriétaires ou une part des pensions/contributions alimentaires. Le montant ici vous donne donc une idée de ce qu’une crèche subventionnée peut coûter en 2023 et doit être confirmé par le milieu d’accueil que votre enfant fréquente.

Famille monoparentale : de 124 € à 88 € par mois

Qu'est-ce que cette nouvelle grille tarifaire change ? Comme annoncé, ce sont surtout les familles monoparentales qui sentent la différence. Elles ne payent plus que 70% du prix total.

Prenons l’exemple de Laure Dutilleux, maman de la petite Léonie à Awans. En tant qu’enseignante, elle gagne 1890 euros nets par mois. En 2022, elle payait 10,35 euros par jour. En mettant sa petite à la crèche 3 jours par semaine, cela revient à 124,20 euros par mois. À partir de 2023, sans la réduction, elle aurait payé 10,49 euros/jour (125,88 euros par mois) mais en tant que famille monoparentale, la crèche pourrait désormais lui demander 7,34 euros par jour, soit 88,08 euros par mois. Une différence de 36 euros par mois, une réduction de 30% donc. 

Retrouvez le portrait de cette maman solo ici.

Est considéré comme parent solo, le parent domicilié comme seul adulte à une adresse, et ayant la charge de l’enfant. Les parents séparés auront chacun une facture en fonction des jours où il assure la garde de leur enfant. La même règle s’applique : si le parent est domicilié seul avec son enfant à charge, il aura droit à la réduction. S’il est domicilié avec un nouveau partenaire ou colocataire, il n’y aura pas droit. Une part des pensions et contributions alimentaires sont aussi comptabilisées en tant que revenus.

Cette réduction de 30% est en fait la même que celle appliquée aux parents d’un enfant porteur d’un handicap ainsi qu’aux familles nombreuses. Entendez par là, si vous avez deux enfants qui fréquentent la crèche en même temps ou si vous êtes un ménage qui compte trois enfants au moins (qu’ils soient à la crèche ou non). Et ce, que vous soyez solo ou à deux.

Gratuit pour les personnes avec le statut BIM

Si les crèches subventionnées étaient déjà avantageuses pour les personnes à bas revenus et spécifiquement pour les personnes ayant droit au statut de Bénéficiaire de l’intervention majorée (BIM), la crèche est gratuite en 2023.

Auparavant, c’était en fait déjà le cas mais les procédures étaient nombreuses pour avoir accès à cet avantage, si bien que très peu de monde l’activait. Aujourd’hui, il est annoncé que la démarche est simplifiée. Une simple attestation de la mutuelle devrait suffire, selon la circulaire.

Quelles répercussions sur les autres types de familles ?

Si le coût de la crèche baisse pour certains types de familles, est-ce qu’il risque d’augmenter pour les autres ? Prenons un exemple : une famille avec un seul enfant dont deux parents salariés gagneraient au total 3893,56 euros par mois, soit deux salaires minimum. En 2022, cette famille payait 21,61 euros par journée complète. En 2023, elle payera à peu près la même chose, même un peu moins cher : 21,46 euros par journée complète. Les revenus bas sont donc avantagés dans cette nouvelle grille barémique.

Ce n’est qu’à partir d’un revenu mensuel net d’un ménage de plus de 4500 euros que le prix commence à augmenter par rapport à 2022. Et cette augmentation est progressive au fur et à mesure que le revenu augmente.

À noter que pour la crèche subventionnée, une compensation est prévue dans les subsides octroyés par l’ONE, tout comme c’était déjà le cas pour les familles nombreuses. Elles le recevront à la fin du trimestre. 

La galère pour trouver une place

Si la mesure est saluée par le collectif des familles monoparentales, il y a tout de même une difficulté et pas des moindres : trouver une place en crèche, qui plus est subventionnée, reste une gageure. Selon le dernier baromètre de la Ligue des Familles, 67% des parents rencontrent des difficultés à trouver une crèche. Et selon les chiffres officiels, il existait 38 places pour 100 enfants en Wallonie en 2020. Ceux qui ne trouvent pas se tournent alors souvent vers une crèche dite "privée" qui n’applique pas cette grille tarifaire. C'est ce qui explique que les parents payent en moyenne 463 euros pour une place en crèche.

Le focus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous