RTBFPasser au contenu

Jupiler Pro League

Noyau stable, budget revu à la hausse, Bruges veut encore marcher sur la Pro League

Noyau stable, budget revu à la hausse, Bruges veut encore marcher sur la Pro League
08 août 2020 à 04:502 min
Par Pascal Scimè avec Benjamin Deceuninck

Après cinq mois d’interruption marqués par des rebondissements sur le plan extra-sportif, la Pro League reprend ses droits ce samedi. Le Club de Bruges, champion en titre reçoit Charleroi. Malgré leur défaite en finale de la Coupe de Belgique samedi dernier, les Brugeois restent néanmoins les grands favoris à leur propre succession.

Le Club de Bruges vu face à l’Antwerp n’était qu’un lointain parent de l’équipe qui a régalé la saison dernière. On n’a pas retrouvé ce football empreint de géométrie, de mouvements et d’imprévisibilité cher à son coach Philippe Clément. Alors simple accident de parcours ou prélude à une saison difficile ? Il semble néanmoins que la 1ère option soit la bonne. Car le week-end dernier, certains cadres sont apparus en méforme, d’autres concernés par un transfert, à moins qu’il ne s’agisse d’une forme d’embourgeoisement.


►►► À lire aussi : Philippe Montanier, un vent d'optimisme pour souffler les tourments du Standard
►►► À lire aussi : Le Sporting d'Anderlecht n'a plus du tout droit à l'erreur
►►► À lire aussi : Charleroi garde ses ambitions intactes, avec son nouveau Zèbre Guillaume Gillet
►►► À lire aussi : Gand, Genk, l'Antwerp : trois outsiders capables de faire vaciller Bruges ?
►►► À lire aussi : Vers une saison tranquille pour Mouscron et Eupen


Attention à la lassitude !

"Il peut y avoir une certaine lassitude quand vous avez gagné des titres. Il faut parvenir à garder la flamme. Après on sait que quelqu’un comme Philippe Clement, est très fort dans ce domaine. Il faut souligner que le coach de Bruges n’est jamais resté très longtemps dans un club. Il faudra voir comment lui aussi "dure" à Bruges", pointe Thomas Chatelle, notre consultant.

Des problèmes qui devraient rapidement être résolus car les ambitions sont immenses et la qualité omniprésente. "Bruges est l’épouvantail de la compétition puisque les Brugeois n’ont pratiquement perdu aucun joueur. Et il y a deux ou trois jeunes qui tapent à la porte de l’équipe, dont Badji. Gand sera probablement le concurrent, le plus coriace", souligne Philippe Albert, notre consultant.

On peut compter sur la direction pour remettre les pendules à l’heure. Un budget revu à la hausse (certains évoquent 90 millions d’euros) va permettre d’encore bonifier l’équipe et d’écraser la concurrence.

Bruges en mode Bayern ou Juventus ?

"Une telle différence au niveau des budgets, ça a rarement été le cas. C’est dû au fait que Bruges a superbement travaillé au cours des 7-8 dernières années. Il y a eu le pactole de la Ligue des Champions, des transferts très intéressants. J’espère que le fossé va se réduire dans les années qui viennent. Sans quoi Bruges aura la suprématie sur notre championnat. Et quand on voit ce qui se passe en Allemagne (le Bayern 8 fois champion de suite) et en Italie (la Juventus 9 fois championne de suite), ce n’est pas bon pour le football", analyse Albert.

Gros point positif, l’ossature a été inchangée. Après le titre acquis l’an dernier et un honorable parcours européen, Bruges sera à nouveau l’équipe à battre. Les Flandriens partiront avec une longueur d’avance sur leurs rivaux seul bémol néanmoins l’absence de public pourrait être préjudiciable aux blauw en zwart… Mais attention, la saison dernière, Bruges a été la meilleure équipe aussi en déplacement.

 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous