Regions

Nuit européenne des chauves-souris : apprendre à respecter ces alliées de la biodiversité

Nuit européenne des chauves-souris : observations nocturnes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le saviez-vous ? De la pipistrelle qui tient dans une boîte d’allumettes à la noctule avec ses 45 cm d’envergure, la Région bruxelloise compte 20 espèces différentes de chauves-souris. Cinq événements répartis en quatre soirées organisées de la mi-août à la mi-septembre apportent des réponses à toutes les questions que l’on se pose sur ce petit mammifère.

Apprendre à respecter ces alliées de la biodiversité
Apprendre à respecter ces alliées de la biodiversité © Tous droits réservés

Elles ne font plus peur

Ce samedi soir au Vogelzang, à Anderlecht, les curieux présents, petits et grands, veulent apprendre à mieux connaître les chauves-souris, guidés par des bénévoles de Natagora, comme Madeline Hammond. "Est-ce qu’elles s’accrochent dans les cheveux ? Est-ce qu’elles sucent le sang ? Les gens posent de moins en moins de questions sur les mythes liés aux peurs des chauves-souris", constate cette bénévole, "et les enfants n’ont plus peur du tout".

Ces alliées de la biodiversité sortent de leur cachette à la nuit tombée, à la recherche d’insectes à dévorer. Les promeneurs de cette nuit s’émerveillent lorsqu’ils ont la chance de voir passer ce petit mammifère, le seul capable de voler. Dans la pénombre, les chauves-souris se déplacent grâce aux échos de leurs ultrasons. Et pour les voir, le soir, mieux vaut redoubler de vigilance.

>>> A voir : BX1 vous emmène pour une visite guidée à la recherche des chauves-souris 

Victimes de la pollution et des pesticides

Les citoyens apprennent donc à repérer et à protéger ces animaux nocturnes. A cause des activités humaines, le nombre de chauve-souris a baissé de 60 à 70% depuis les années 1950. Elles souffrent de la suppression de leur milieu de vie, de la pollution lumineuse et de l’usage massif des pesticides et des insecticides. Cet événement est l’occasion de sensibiliser le public à ces différentes problématiques.

Les chauves-souris sont des insecticides naturels capables de manger jusqu’à la moitié de leur poids en insectes durant une nuit. Cela fait d’elles des alliées de la biodiversité qu’il est nécessaire de protéger. Pour cela, des actions en leur faveur sont entreprises par Bruxelles Environnement et Natagora, comme l’aménagement de gîtes souterrains inaccessibles au public, le maintien de vieux arbres à cavités en forêt de Soignes ou encore l’installation d’éclairage LED, moins gênant pour la faune que les lampadaires traditionnels.

Sur le même sujet

La biodiversité est en chute libre selon le WWF, mais des actions sont encore possibles pour y remédier

Environnement

De Batman à Dracula, entre légendes et vérités, la fragile chauve-souris en danger

Environnement

Articles recommandés pour vous