Coronavirus

Obligation vaccinale des soignants : le coronavirus circule-t-il réellement davantage dans les établissements de soins de santé ?

© Getty Images

22 nov. 2021 à 16:51Temps de lecture4 min
Par Estelle De Houck

Le coronavirus circule-t-il davantage dans les établissements de soins de santé ? L'obligation vaccinale pour les soignants est en effet contestée par les syndicats, notamment parce que rien ne prouverait qu'il y aurait un risque accru en raison de soignants non vaccinés.

Alors, la propagation du virus est-elle plus importante entre les murs des hôpitaux que dans d’autres secteurs ?

D’après Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19, la hausse des cas au sein du personnel hospitalier est une réalité. "Dans tous les grands hôpitaux, la réalité de terrain montre qu’il y a une contamination importante qui est difficile à manager pour l’instant."

Au CHU Saint-Pierre, par exemple "nous avons plusieurs clusters dans lesquels il est fort possible que du personnel soignant l’ait transmis à des patients et inversement", ajoute-t-il.

"Tous les hôpitaux vous diront pour l’instant qu’ils sont confrontés à ce problème, ça c’est clair."

La machine à café

Et d’après le porte-parole interfédéral, ces contaminations sont notamment dues aux contacts entre membres du personnel. Comme dans toute entreprise, le personnel se retrouve lors d’un café, d’une pause, d’un lunch, etc. "On est rassemblés à quatre ou cinq, on n’a pas de masque, on mange, etc. C’est le point faible", analyse Yves Van Laethem.

Un constat qui aurait notamment poussé le CHU Saint-Pierre à imposer de nouvelles consignes à son personnel. "Nous ne pouvons pas manger à plus de deux dans une même pièce, par exemple", illustre le porte-parole interfédéral.

Une réalité chiffrée ?

Il est pourtant difficile de trouver des chiffres objectivant cette réalité. Au cabinet Vandenbroucke, par exemple, on nous conseille de s’adresser à chaque hôpital individuellement.

Un manque de ressources scientifiques qui crispe la CNE. "Depuis que le Codeco a annoncé qu’ils allaient aller vers l’obligation vaccinale, il y a trois mois, on a demandé aux gouvernements fédéral et régionaux d’avoir des chiffres des infections par le personnel de santé en matière de covid", se souvient le secrétaire national CNE pour le non-marchand Yves Hellendorf.

Nous disons que rien ne prouve scientifiquement qu’il y a une partie de l’infection et de la reprise de l’infection qui viendraient des institutions de soins

Résultat : "Nous n’avons eu aucune réponse. Et c’est bien pour cela que, dans nos argumentaires, nous disons que rien ne prouve scientifiquement qu’il y a une partie de l’infection et de la reprise de l’infection qui viendraient des institutions de soins."

© Getty Images

La vaccination du personnel soignant

Alors, comment pouvons-nous creuser davantage ? Commençons par jeter un œil aux taux de vaccination. Car, comme le fait remarquer Yves Van Laethem, "la vaccination n’est pas parfaite, mais elle permet de diminuer la transmission."

Le 15 novembre 2021, 89,74% des travailleurs des soins de santé étaient entièrement vaccinés. A la même date, 90,42% n’avaient reçu qu’une seule dose du vaccin. Le taux de vaccination du personnel soignant est juste au-dessus de la moyenne belge, qui s’élève à 88%. Par conséquent, le secteur des soins de santé n’est donc pas beaucoup plus protégé que l’ensemble de la société.


►►► À lire aussi : L’obligation vaccinale du personnel soignant, "une catastrophe en termes de santé publique" selon la CNE


Surtout, si l’on affine les données, le taux de vaccination varie d’une profession de santé à l’autre. Il apparaît que les membres du secteur les moins vaccinées sont les kinésithérapeutes (84,43%) suivi par les assistants pharmaceutiques (85,43%), les aides-soignants (87,41%) ou encore les ambulanciers (87,5%).

A l’inverse, les orthopédagogues cliniques représentent la profession la plus vaccinée (99,62%). Suivie notamment par les médecins généralistes (96,59%).

L'incidence par secteur

Analysons à présent ces données, à la lumière des rares études d’incidence du coronavirus par secteur.

© Sciensano

D’après un rapport de Sciensano, et plus précisément ce graphique couvrant la période du 1er janvier au 15 juin, on remarque que "jusqu’au mois de mars, le secteur ‘Santé humaine et action sociale’ présente une incidence plus élevée que les autres secteurs de plus de 100 000 travailleurs."

A cette époque, les soignants étaient donc les plus touchés par les contaminations de coronavirus. Par contre, beaucoup n'étaient pas encore entièrement vaccinés. 


►►► À lire aussi : Quatrième vague de Covid en Belgique: pourquoi le "booster" du vaccin est si important, surtout pour les plus de 65 ans


Mais, "à partir de la mi-mars, ce secteur fait désormais partie des secteurs ayant l’incidence la plus basse du groupe", continue le rapport. "Cela pourrait notamment être une conséquence de la vaccination progressive dans le secteur médical dès le début de l’année 2021."

Le vaccin aurait donc permis de réduire la transmission au sein du milieu hospitalier. Bien entendu, le taux de vaccination de l’ensemble de la population n’était pas celui que nous connaissons aujourd’hui. Les autres secteurs ne pouvaient donc pas être autant protégés.  

© Monitoring Belgian COVID-19 infections in work sectors in 2021- Geert Molenberghs, Johan Verbeeck, Godelieve Vandersmissen, and Lode Godderis

Mais il se trouve que, le temps passant, l’immunité des soignants est retombée dans la moyenne. Aujourd'hui, donc, rebelote : ils seraient autant touchés que les autres secteurs, voire davantage selon les derniers chiffres disponibles.

C’est ce que semble confirmer un "Monitoring des infections belges à COVID-19 dans les secteurs de travail en 2021", mené par Geert Molenberghs, Johan Verbeeck, Godelieve Vandersmissen et Lode Godderis et paru le 8 octobre 2021.


►►► À lire aussi : Patients covid hospitalisés : les sorties pourraient avoir lieu 2,5 jours plus tôt grâce au "télémonitoring"


Se basant sur les données du RSZ/ONSS et les données de tracing, le rapport indique que "parmi les 21 secteurs de niveau 1, les secteurs ayant une incidence sur 14 jours le 4 octobre 2021 significativement supérieure à la moyenne de la population active sont l'éducation et la santé humaine et l'action sociale."

A noter que ce monitoring ne tire pas de conclusion concernant le lieu de l'infection.

Alors, le coronavirus circule-t-il davantage dans les établissements de soins de santé ? Faute d’études spécifiques, il est difficile de répondre à la question. Par contre, en termes de transmissions, il n'y a pas de doute quant à l'efficacité du vaccin contre le coronavirus.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous