Politique

Obligation vaccinale : la désignation de Rik Torfs comme expert de la commission fait des remous sur Twitter

Rik Torfs, juriste spécialiste du droit canonique, ancien député CD&V et ex-recteur de la KULeuven.

© © Tous droits réservés

21 janv. 2022 à 10:27Temps de lecture2 min
Par Aubry Touriel

La commission Santé et Égalité des chances de la Chambre procédera à 32 auditions visant à évaluer l’opportunité de passer à l’obligation vaccinale contre la Covid-19. Parmi ces 32 experts, différentes personnalités font l’objet de controverse sur les réseaux sociaux, dont Rik Torfs, professeur de droit canonique.

Inviter un juriste spécialiste de l’église comme expert au Parlement lorsqu’il s’agit de faire face à une pandémie n’est pas vraiment rassurant. Que feront-ils si les Russes envahissent le pays ? Appeler un homéopathe ? " Le tweet du Lectrr, caricaturiste flamand du Standaard n’est qu’un exemple des nombreuses critiques concernant certains membres du panel d'experts proposé par les partis politiques.

Loading...

Deux heures et demie de discussion avaient été nécessaires mardi pour amorcer l’organisation d’un débat sur l’obligation vaccinale. Seule une première ébauche contenant 17 noms avait fait l’objet d’un accord.

Les groupes politiques ont alors eu la possibilité de fournir d’autres noms pour la compléter. Les membres du bureau de la commission, à savoir le président Thierry Warmoes (PTB) et les vice-présidents Hervé Rigot (PS) et Nathalie Muylle (CD&V) se sont réunis mercredi en début d’après-midi pour finaliser cette liste.

Pédiatres, généralistes, juristes, philosophes, psychologues… La liste contient 32 noms d’experts. Parmi eux, les controversés vétérinaire/virologue Geert Van Den Bossche et Sam Brokken, ancien professeur à la haute école limbourgeoise PXL. Ces deux personnes ont été mises en avant par le Vlaams Belang.

L’expert est le prophète du monde laïque.

Mais ce n’est pas tout, le parti d’extrême droite a également poussé pour que Rik Torfs, professeur de droit canonique et ancien député CD&V, puisse également donner son avis dans le cadre de cette commission. Les critiques fusent sur Twitter.

Le philosophe est connu pour ses critiques vis-à-vis de la politique vaccinale dans notre pays. Il est par exemple l’un des signataires du Wintermanifest (Manifeste d’hiver) qui, selon ses initiateurs, prône un débat plus ouvert et une politique sur le coronavirus plus durable.

Ironie du sort, près d’un an jour pour jour, Rik Torfs critiquait l’importance donnée au rôle des experts dans la crise du coronavirus : " L’expert est le prophète du monde laïque. "

Loading...

Même si Rik Torfs a été désigné par le Vlaams Belang, le juriste de formation a assuré dans une interview avec les journaux du groupe Mediahuis qu’il était " indépendant à cent pour cent."

Dans cette même interview, il répond aux critiques. L’ancien recteur de la KULeuven trouve que ce n’est pas si étrange qu’il ait été invité aux auditions. "J’ai été surpris, mais les gens oublient souvent qu’en plus d’être spécialiste du droit canonique, je suis aussi juriste. J’ai également beaucoup écrit sur les droits de l’Homme et leur restriction. Je ne vois pas pourquoi je ne conviendrais pas. Je ne suis pas là pour prendre parti ou donner mon avis. Je suis là pour répondre aux questions sur la base de mon expertise en matière de droits de l’homme et d’éthique."

Sur le même sujet

Vous n’êtes pas seul, Twitter est en panne

Sciences et Techno

Obligation de consultation vaccinale : l’idée de Marius Gilbert accueillie froidement par les généralistes

Belgique

Articles recommandés pour vous