RTBFPasser au contenu
Rechercher

Premier League - Football

Olivier Giroud, l'énième renaissance du phœnix qu'on n'attendait plus

Olivier Giroud, six fois buteur sur les neuf derniers matches, plus que jamais décisif pour Chelsea.
27 juil. 2020 à 17:29 - mise à jour 27 juil. 2020 à 17:29Temps de lecture3 min
Par Antoine Hick

26 décembre 2019. Perché tout en haut d’une tribune qu’il connaît désormais bien, Olivier Giroud assiste, impuissant, au naufrage de son équipe, Chelsea, contre Southampton (0-2). Sa moue dubitative, presque désinvolte en dit long. Pour la 4e fois consécutive, il vient d’être mis de côté par son coach Frank Lampard. 5e roue du carrosse offensif londonien, le Français ronge son frein, à l’écart du groupe. Sans faire de vagues, ni de déclaration tapageuse mais, bien déterminé à quitter cette frustrante voie de garage qu’est devenu Stamford Bridge.

Alors quand l’Inter Milan frappe à la porte dès l’entame du mercato hivernal, on se dit que la tumultueuse relation "je t’aime, moi non plus" entre Giroud et Chelsea touche lentement à sa fin. Que Giroud et ses 33 balais vont tenter de donner un nouvel élan à une carrière qui s’enlise dangereusement à six mois de l’Euro 2020.

Seulement voilà, pour une raison qui restera inconnue, Lampard et la direction de Chelsea vont faire front commun pour faire capoter le transfert. Alors qu’il ne fait visiblement plus partie des ambitieux plans blues, Giroud est donc contraint, à son corps défendant, de rester à Chelsea. Une décision que le gentleman buteur français accueillera avec son fair-play habituel. “Je vais tout faire pour revenir plus fort” clame-t-il simplement, alors que d’autres auraient légitimement entamé un bras de fer avec leur club.

L’esquisse d’une salvatrice bouée de sauvetage se présente à lui fin février. Chelsea accueille Tottenham lors d’un derby prépondérant dans la course à l’Europe. Lampard décide de faire souffler son fer de lance offensif habituel, Tammy Abraham, et donne les clés du camion à Giroud. Une inhabituelle titularisation, sorte de dernière chance faussement dissimulée, que le Français saisit à bras-le-corps. Malgré de longues semaines sans flairer le cuir, Giroud est en jambes. C’est même lui qui ouvre la marque d’une belle reprise au quart d’heure. Une réalisation finalement décisive puisque les Blues s’imposent 2-1.

Le canard boiteux subitement transformé en cheval de course

 Olivier Giroud, l'éternel phoenix buteur renait à nouveau de ses cendres

A l’issue du match et de cette prestation trois étoiles d’un Giroud omniprésent, on sent que quelque chose a changé dans le discours de Frank Lampard. Sans vouloir l’admettre (ou seulement à demi-mot), il prend conscience que le Français vaut probablement plus que cette pancarte de canard boiteux dont il est affublé depuis le début de saison.

Et bien décidé à faire taire des détracteurs de plus en plus bruyants et à acter une énième recrudescence, Giroud met les bouchées doubles pendant l’intermède coronavirus. Il reste en forme, s’entraîne individuellement et récite ses gammes tactiques. Résultat, il figure parmi les meilleurs lors des traditionnels tests physiques de la reprise. Et récolte enfin les fruits de son travail.

Dans l’esprit du coach Lampard, Giroud grimpe les échelons à vitesse Grand V. Il laisse un Michy Batshuayi fantomatique sur le carreau et passe même devant le jeune mais erratique Tammy Abraham pour s’ériger comme l’arme offensive principale des Blues en fin de saison.

Buteur face à Aston Villa pour la reprise, Giroud récidive ensuite contre Watford et Crystal Palace. Comme si ces quelques mois à se morfondre sur le banc de touche n’avaient pas eu d’emprise sur son éternel sens du but. Six fois décisif sur les neuf derniers matches, devenu incontournable dans son rôle de pivot dos au jeu, Giroud facilite la circulation du ballon et contribue à la belle fin de saison de Chelsea, finalement qualifié pour la Ligue des Champions.

Le canard boiteux subitement transformé en cheval de course alors qu’on ne l’attendait plus. L’illustration d’une carrière branchée sur courant alternatif, faite d’occasions ratées et de moqueries puis de sempiternelles et revanchardes tentatives de reconquérir les cœurs de ses détracteurs.

Grâce à sa fin de saison en boulet de canon, Giroud a inscrit son 86e but en Premier League. Il devient le 3e meilleur artificier français de l’histoire du championnat anglais par la même occasion, devant Saha ou Cantona. Et prouve, à qui veut bien l’entendre, que malgré les incessantes railleries, il reste un buteur né.

Articles recommandés pour vous