Quel Temps pour la planète ?

On a testé le métier d’éclusier-ière : cap sur Ivoz-Ramet !

Le métier d'éclusier et d'éclusière

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 oct. 2022 à 10:36Temps de lecture3 min
Par Pascal Laroche
© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

Cette semaine, en collaboration avec la plateforme miti.be, nous avons testé pour vous le métier d’éclusier. On compte en Wallonie près de 40 écluses. Elles sont essentielles au trafic maritime. Elles permettent aux bateliers et aux plaisanciers de naviguer en toute sécurité, sans toucher le fond de l’eau. Quand les embarcations franchissent d’importants dénivelés, les éclusiers veillent au grain. Un métier passionnant synonyme de sécurité de l’emploi, mais qui exige des compétences précises. Explications.

© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

Ce matin, Annie et Éric se préparent pour une longue journée de travail. Le couple concilie boulot et vie perso depuis plus de 20 ans. "Je suis venue visiter une amie à Liège. Éric était là. Nous avons sympathisé. Mon cœur a chaviré. Il m’a dit qu’il travaillait dans une écluse. Lorsque je lui ai annoncé que j’étais la fille d’un batelier, il ne me croyait pas !".

Éclusier -ière : un métier ancestral. Les premiers ouvrages datent du Moyen Âge. Mais les pratiques ont bien changées. S’il est vrai que les savoir-faire se perpétuent parfois manuellement, chez Annie et Éric les ouvertures et fermetures de vannes se pilotent par un simple clic de souris !

La palette de compétences à acquérir est évidemment beaucoup plus large, car un éclusier -ière-, chargé de la régulation du trafic sur la voie d’eau, réceptionne et émet aussi les avis de mouvements, met à jour le registre de passages, et informe les autorités compétentes des itinéraires suivis par les bateliers. "Ici, à Yvoz-Ramet, le site est très industriel. Les plaisanciers passent surtout en été. C’est quand même un peu dangereux pour eux, alors nous sommes là pour leurs assurer une navigation sécurisée" – Explique Annie.

Une péniche peut transporter jusqu’à 4000 tonnes de marchandises, c’est l’équivalent de 18 camions. Les écluses participent donc indirectement à la préservation de l’environnement.

En vieux loup de mer, Éric s’étonne : "Beaucoup de gens passent ici en voiture, à quelques mètres. La plupart ignorent l’existence d’une écluse, son importance, et la présence de personnel pour la faire fonctionner. Le métier n’est pas très connu".

Cela dit, la gestion à distance a le vent en poupe. Au Centre PEREX à Daussoulx, les agents maintiennent une vigilance accrue et un sens de l’observation rigoureux devant leurs écrans de vidéosurveillance, pour optimaliser le fonctionnement des ouvrages d’art de la Basse Sambre et de la Haute Meuse : une mission essentielle dans la prévention des crues.

© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

La journée type :

  • Gérer le trafic fluvial
  • Effectuer les manœuvres
  • Tenir le registre de navigation
  • Assurer le suivi auprès des autorités compétences
  • Maîtriser le fonctionnement de l’écluse et des machines
  • Guider les manœuvres des péniches et des plaisanciers
  • Procéder aux opérations de régulation de débit des eaux
  • Surveiller et entretenir les installations
© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

Les horaires, le salaire, les contraintes et les côtés sympas du métier

  • Le métier d’éclusier -ière s’exerce de jour comme de nuit, été comme hiver
  • C’est un travail d’équipe qui demande une certaine disponibilité : vous devez en effet être rapidement mobilisable, pour réguler le débit des eaux en cas de fortes pluies par exemple. Car l’autre volet de la profession est la gestion du barrage. C’est la raison pour laquelle les éclusiers -ières sont logé(e)s, parfois, à proximité du site sur lequel ils / elles travaillent.
  • Le salaire évolue en fonction de l’ancienneté.
  • Vous dépendez du Service Public Fédéral Voies hydrauliques ou du Port de Bruxelles.
© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

Le " conseil en plus " d’Annie

" Le métier est repris dans les postes à sécurité. La vigilance est une condition sine qua non pour l’exercer ".

© Annie Van Bogaert / Eric Fransen – SPW Wallonie

Vous êtes rigoureux ? Vous avez le sens de l’observation et de la précision ? Une bonne réactivité et une communication efficace ? Un seul contact, une seule adresse : www.miti.be : la plateforme de conseil en ligne, unique en Belgique et entièrement gratuite, qui, grâce à des conseillers et conseillères, experts et expertes en orientation, formation, études et création d’activités, vous dira tout ce qu’il faut savoir sur le métier d’éclusier et quelle filière étudier pour y arriver.

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous