Les ambassadeurs

On a visité pour vous le fort de Loncin !

Par Les Ambassadeurs via

A quelques heures du 11 novembre et de la commémoration de la signature de l’armistice qui a mis fin à la première guerre mondiale, Pierre Bail, notre ambassadeur liégeois, rappelle l’influence déterminante qu’a eu le fort de Loncin sur l’issue de la grande guerre.

© Tous droits réservés

Liège… Une cible pour les Allemands !

Lorsque les forces allemandes envahissent la Belgique, Liège est un des principaux objectifs du plan de l’envahisseur parce qu’elle se trouve sur la ligne principale de chemin de fer qui relie l’Allemagne à la France et que ce même plan prévoit d’utiliser le train pour pénétrer plus facilement dans l’Hexagone.

Mais un obstacle se dresse devant les Allemands, c’est la ceinture des forts qui depuis la fin du XIXe siècle défend l’accès de la cité ardente. Les 12 forts, qui entourent la ville, sont séparés d’une distance de 6 à 10 km. Chacun est protégé par le feu provenant des autres forts.

Pour détruire ce rideau de fortifications, les Allemands vont jeter toutes leurs forces dans la bataille et utiliser un super obusier de 420 mm nommé " Grosse Bertha " ! C’était le plus gros canon de l’époque.

© Tous droits réservés

Une véritable tragédie…

Le fort de Loncin a été bombardé dès le 7 août 1914… Il résiste jusqu’au 15, date à laquelle un énorme obus de 800 kg explose dans les réserves de poudre du fort. La terrible explosion va provoquer la mort de centaines d’hommes et ensevelir une partie de la garnison sous les décombres.

Le fort de Loncin est depuis lors une nécropole et un lieu de mémoire. Sur les 500 hommes qui formaient la garnison, la plupart reposent encore aujourd’hui sous les décombres.

L’héroïsme de ceux qui avaient dit : "nous ne nous rendrons jamais" a fait de la résistance des forts liégeois, un vrai succès !

© Tous droits réservés

Une résistance héroïque

En ayant retenu les armées allemandes pendant plus de 10 jours et en les ayant contraintes de dévoiler la puissance de leur artillerie, le fort de Loncin et des 11 autres forts de Liège ont permis à la France et à l’Angleterre de compléter leur mobilisation pour finalement arrêter les Allemands sur la Marne. Ils ont par conséquent bien contribué à la victoire finale de 1918.

C’est d’ailleurs pour cette héroïque résistance que la ville de Liège a reçu la Légion d’honneur de la France et que les Parisiens ont rebaptisé le café viennois en café liégeois, que la rue de Berlin dans le 8e arrondissement se change en rue de Liège et que la station de métro auparavant appelée " Berlin " devient la station " Liège ".

L’épopée du fort de Loncin fut certainement une des plus tragiques et héroïques de celles de la Première Guerre.

Les Allemands qui étaient stupéfaits de l’héroïsme de ces soldats belges, ne se livrèrent à aucune violence. Ils découvrirent au passage des blessés et des brûlés. Les officiers allemands ont cité les défenseurs du fort de Loncin à leurs soldats, en exemple d’héroïsme et de patriotisme.

© Tous droits réservés

Le fort reste le principal témoin de la bataille de Liège d’août 1914 !

Les visiteurs y viennent du monde entier parce qu’il est le seul du genre à posséder encore tous ses équipements d’origine : coupoles cuirassées, canons…

Pour les groupes, une visite guidée est possible toute l’année, matin ou après-midi, sur rendez-vous préalable. Pour les visiteurs individuels avec audioguide (F-NL-D-GB) : du 1er novembre 2022 au 31 décembre 2022, du jeudi au dimanche de 14H00 à 18H00.

Infos : http://www.fortdeloncin.be/

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous