RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Où sont passés les chèques corona ?

08 sept. 2020 à 11:07Temps de lecture2 min
Par On n'est pas des pigeons

Le chèque corona, ça vous parle ? L’idée de ce chèque consommation a été lancée en grandes pompes par le Gouvernement fédéral après le confinement.

Objectif , relancer l’activité économique en incitant les entreprises à distribuer un chèque conso à leurs travailleurs.

Problème : à ce jour, peu de monde en a entendu parler. Alors, promesse en l’air ou véritable boost du pouvoir d’achat ? Tentons d’y voir clair… 

Jusqu’à 300 euros à dépenser dans l’horeca ou les loisirs

Le principe de ce chèque consommation est simple : Jusqu’à la fin de l’année chaque employeur peut décider d’octroyer jusqu’à 300 euros à son personnel, déductible à 100%, à dépenser dans le secteur de l’horeca ou des loisirs.  

La mesure a été annoncée au début de mois de juin, mais, à ce jour, très peu de travailleurs ont reçu ce chèque, beaucoup n’en ont même carrément pas entendu parler. Pourtant, les différents émetteurs de chèques que nous avons contactés nous assurent que la formule va faire mouche. Selon eux, des milliers de chèques seraient sur le point d’être distribués. Le délai s’explique par le fait que pour accorder cet avantage au personnel, de nombreuses sociétés doivent d’abord en passer de nouvelles conventions collectives de travail et que cela prend un peu de temps. 

Certaines sociétés ne se sont pas encombrées de telles procédures. Nous nous sommes rendus chez " Cafés Liégeois ", à Battice. Ici, dès l’annonce de la mesure, les patrons ont décidé d’adhérer. Ainsi, pour les 130 travailleurs de la boîte, ce sera un peu Noël avant l’heure. Ils vont recevoir sous peu le montant maximum de 300 euros. " Je vais en profiter pour offrir un bon resto à ma femme et à ma fille, nous dit l’un d’entre eux. " Pour l’un des patrons, Michel Liégeois, les travailleurs l’ont bien mérité. " Ils sont venus travailler pendant toute la durée du confinement malgré les conditions difficiles ", explique-t-il, " et puis, c’est aussi une façon pour nous de soutenir l’horeca qui représente une bonne partie de notre clientèle . 

Une certaine frilosité ?

Les procédures nécessaires, dans certains cas, pour accorder ce chèque n’expliquent pas entièrement le long délai d’attente depuis l’annonce de la mesure.

Il faudra attendre jusqu'à fin d'année pour savoir si les promesses sont maintenues ou pas.

Selon certains experts, beaucoup d’entreprises ont subi la crise de plein fouet et préfèrent attendre de savoir comment elles vont rebondir avant d’accorder ce " cadeau " aux travailleurs. Il faut savoir que pour les entreprises, cette formule a forcément un coût. Chez " Café Liégeois ", par exemple, ces chèques représentent un montant de 39 mille euros. " Toutes les boîtes qui ont dû fermer ou tourner au ralenti ne peuvent se le permettre ", nous explique Laura Couchard, juriste chez Acerta. 

Mais, puisque les entreprises peuvent se décider jusque la fin de l’année, il faudra attendre jusque-là pour savoir si l’idée du Gouvernement était un coup de maître ou une promesse en l’air. 

Articles recommandés pour vous