RTBFPasser au contenu

Dernières découvertes

Oui, les ptérosaures, ces reptiles volants, avaient des plumes, d'après une étude belgo-brésilienne

Reconstruction artistique du ptérosaure Tupandactylus
05 mai 2022 à 05:00 - mise à jour 05 mai 2022 à 06:233 min
Par Johanne Montay

Ce n’est sans doute pas la question principale qui vous vient en tête en vous levant le matin. Mais pour les paléontologues, c’est une dispute scientifique de longue date : les ptérosaures, cousins des dinosaures, avaient-ils ou non des plumes ?

Une équipe scientifique belgo-brésilienne vient de trancher cette question… un poil déchirante : oui, les ptérosaures avaient bien des plumes, d’après les recherches pilotées par la paléontologue Aude Cincotta, de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Et ça change beaucoup de choses. On vous explique pourquoi.

Le ptérosaure, késako ?

Le ptérosaure est un reptile volant et parent proche du dinosaure, qui vivait il y a environ 225 millions d’années, et qui s’est éteint à la fin du Crétacé il y a 66 millions d’années, quand un astéroïde a frappé la Terre. Les ptérosaures étaient de taille très diverse, de très petits à jusqu’à plus de 10 mètres d’envergure. Ils sont considérés comme les premiers vertébrés capables de voler.

L’histoire d’un fossile

Tout commence par l’analyse d’un fossile de Tupandactylus imperator, du nom latin de ce ptérosaure, vieux de 115 millions d’années et provenant du nord-est du Brésil. Le fossile de crâne, très bien conservé, est arrivé au Musée royal des sciences naturelles de Belgique après avoir appartenu à un particulier. L’équipe l’a ensuite fait rapatrier au Brésil et a choisi de l’analyser avec des scientifiques du pays dont il provenait.

Le spécimen fossile entier – une crête crânienne – avec l’arrière de la tête à droite
Le spécimen fossile entier – une crête crânienne – avec l’arrière de la tête à droite Thierry Hubin, IRSNB

L’équipe belgo-brésilienne a fait une découverte sur les tissus mous de la crête fossilisée : il y avait là deux types de plumes. Des filaments allongés sans branches et des plumes branchues. Surprise ! Jusqu’ici, on ne savait pas qu’il y avait des plumes branchues chez les ptérosaures. On n’en connaissait la présence que chez certains dinosaures carnivores, les ancêtres des oiseaux actuels, qu’on appelle les théropodes. 

Amas de plumes branchées du ptérosaure Tupandactylus
Amas de plumes branchées du ptérosaure Tupandactylus Aude Cincotta et al., IRSNB

Et des couleurs variées

L’équipe a fait une autre trouvaille importante : les ptérosaures avaient des plumes colorées, qui servaient probablement à se faire remarquer. En effet, en analysant le matériel, les scientifiques ont découvert des mélanosomes fossiles, ces structures microscopiques que l’on trouve dans la peau et dans certains organes, et qui contiennent un pigment appelé mélanine. C’est la forme des mélanosomes qui contribue fortement à la couleur des plumes chez les oiseaux actuellement. Et chez le ptérosaure analysé, ces mélanosomes avaient différentes formes (allongées, ovales ou sphériques). Les premières plumes avaient donc déjà des couleurs assez variées.

A poils ou à plumes : et ça change quoi ?

Cette histoire est donc une plume au chapeau de l’équipe de paléontologues qui l’a publiée dans la prestigieuse revue Nature. Jusqu’ici, on pensait que seuls les dinosaures théropodes avaient ces plumes de différentes formes et couleurs. Les ptérosaures eux aussi avaient donc des plumes colorées, d’après les chercheurs, utilisées pour communiquer entre eux ou avec d’autres animaux. Et alors ? "Cette découverte reporte l'origine des plumes beaucoup plus en arrière", explique la paléontologue Aude Cincotta. "Sachant que les dinosaures et les ptérosaures ont un ancêtre commun, cet ancêtre commun devait déjà avoir des plumes. C'est vraiment un des résultats majeurs de l'étude.

Fin de la polémique ?

La publication sera certainement lue avec grande attention par les paléontologues qui jusqu'ici défendaient la thèse contraire, à savoir l'absence de plumes chez les ptérosaures. Le duo britannique David Unwin et David Martill publiaient encore en septembre 2020, également dans la revue Nature, une mise à jour d'un article de 2018, intitulé "Pas de protoplumes chez les ptérosaures". On vous avait bien dit que c'était une question cruciale. 

Articles recommandés pour vous