Moteurs

Paris-Dakar: retour sur le tragique accident d'André Malherbe dans notre podcast "Un jour dans le sport"

6 Janvier 1988

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

© Tous droits réservés

Il était l'un des plus grands pilotes du monde, triple champion du monde de moto-cross en 500 centimètres cube, la catégorie reine. André Malherbe a pris le départ du Paris-Alger-Dakar, 10e du nom, le 1er janvier 1988. Une proposition très alléchante d'une prestigieuse équipe française, impossible à refuser pour le compétiteur qu'il est. André Malherbe, qui avait tout gagné en moto-cross, décide alors de se lancer dans l'aventure du rallye raid, sans aucune expérience sur ce genre de course et de terrain. Il débarque en Algérie le 3 janvier.

Le 06 janvier, c’est l’étape la plus redoutée de cette 10e édition du Dakar. 987 kilomètres dont 800 de spéciale chronométrée. La journée s’annonce longue, le départ est donné au lever du jour. André Malherbe pointe à la 9e place au classement général provisoire des motos. Une excellente performance pour une première participation. Les premiers véhicules quittent Bordj Omar Driss en direction de Tamanrasset dans le sud du désert algérien, direction la redoutable chaîne de montagne du Hoggar. 
La lumière est rasante, les motards roulent les yeux plissés pour filtrer autant que possible les rayons aveuglants du chaud soleil algérien.
André Malherbe, et son mentor, JCO, Jean-Claude Olivier s’égarent assez vite, gênés par la faible visibilité. Ils s’arrêtent pour chercher leur chemin puis redémarrent. Et prennent alors la direction d’un nuage de poussière soulevé, là-bas, au loin, par le passage d’autres concurrents.

Au kilomètre 98, ils sont de retour sur la trace correspondant aux indications de leur road book. André Malherbe ouvre les gaz et monte les rapports de son puissant 4 cylindres.

André Malherbe dans son élément, la boue des circuits de moto-cross
André Malherbe dans son élément, la boue des circuits de moto-cross © Tous droits réservés

Mais il est surpris par des vaguelettes de sable qui lui font perdre le contrôle de sa bécane qui, comme on dit dans le jargon, perd l’avant. Dédé est éjecté, un vol plané, un soleil. Il percute le sol la tête la première, la nuque est brisée.
André Malherbe ne se relèvera pas. Le patron de Yamaha France, qui a été témoin de la chute, est logiquement le premier sur place à porter secours au pilote belge. Il déclenche la balise de secours qui fait partie du matériel obligatoire des participants au Dakar et met même le feu à la moto de l'infortuné Malherbe pour attirer l'attention des hélicoptères.
Allongé au sol, André est conscient. Il ne présente aucune blessure apparente. Mais il ne parvient pas à bouger, ni ses doigts ni ses pieds…. "C'est foutu" glisse t'il à son compagnon d'infortune.
 

Au lendemain de son accident, André Malherbe est rapatrié vers la France en avion sanitaire
Au lendemain de son accident, André Malherbe est rapatrié vers la France en avion sanitaire AFP or licensors

Articles recommandés pour vous