Journal du classique

Paris : Une chanteuse lyrique a été verbalisée pour avoir chanté à côté du Sacré Coeur à Montmartre

© © Davis McCardle / Getty Images

24 août 2022 à 13:59Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

Alors qu’elle chantait dans les rues de Montmartre, juste à côté de la Basilique du Sacré Coeur, la chanteuse lyrique Véronica Antonelli a été arrêtée et verbalisée par la police, qui lui a indiqué qu’il était interdit de chanter sur la voie publique. La scène, qui a été filmée, a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux.

La mésaventure qu’a connue la chanteuse lyrique Véronica Antonelli a tout d’une mauvaise blague… Et pourtant. Le 30 juillet dernier, la soprano franco-italienne proposait une balade "enchantée" dans les rues de Montmartre, dans le cadre de son concept "Monuments enchantés" qui consiste à faire visiter de hauts lieux patrimoniaux en mêlant commentaires historiques et chant lyrique. C’est alors qu’en plein chant, elle a été interrompue par deux policiers qui lui ont intimé l’ordre d’arrêter de chanter, lui demandant ensuite de leur montrer ses papiers d’identité et son autorisation écrite pour se produire dans l’espace public. L’un des deux policiers, très zélé, l’a alors verbalisé, lui stipulant qu’elle était "hors la loi", en brandissant comme preuve un texte de loi sur son smartphone.

Le 17 août dernier, la soprano a reçu par courrier une amende de 68€ au motif d'"émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme". Une bien triste définition d’une interprétation d’un air lyrique sur la place publique.

Loading...

Du jamais vu et du jamais vécu pour la chanteuse qui, depuis 2014, enchante les touristes avec ses promenades lyriques. Lors des faits, Véronica Antonelli était accompagnée notamment par le journaliste Mike Borowski. C’est ce dernier qui a filmé la scène de l’intervention des forces de l’ordre et l’a ensuite partagée sur Twitter. Une vidéo qui a soulevé une vague d’indignation dans les réseaux sociaux.

Loading...

Interrogée par les journalistes de France 3, Véronica Antonelli relate les faits qui se sont déroulés le 30 juillet dernier, se disant "stupéfaite et en colère". La soprano dénonce une situation "ubuesque" et considère que le policier "a eu une évaluation de la situation démesurée" et qu’il a abusé de son autorité.

La soprano, qui a par la suite reçu "des excuses de la mairie" du 18e arrondissement dès le lendemain, compte contester la contravention. Depuis cet incident, Véronica Antonelli a reçu de la préfecture de police autorisation écrite l’autorisant à se produire dans certains lieux de Montmartre les mardis, vendredis, samedis et dimanches après-midi et ce pendant deux mois.

Articles recommandés pour vous