Paroles d'artistes - Saule : "La frénésie du public avant un concert me manque depuis trois mois"

Saule chez lui, pour Paroles d'artistes

© Hélène Van Loo

03 juil. 2020 à 09:07 - mise à jour 03 juil. 2020 à 09:07Temps de lecture1 min
Par Musiq3

Saule c'est un rire, c'est un timbre de voix reconnaissable entre mille, c'est un chanteur dont on connait tous une mélodie que l'on peut chantonner, c'est un artiste qui excelle dans l'esquisse de la solitude des autres, qui vous tire le portrait en deux-trois mots et les larmes en quelques murmures. 

Saule alias Baptiste Lalieu a ouvert la porte de son appartement bruxellois à Hélène Van Loo. Une bulle sonore qui invite à quelques divagations sensorielles.  

J'adore le bruit de la pluie qui tombe dehors quand je m'endors. J'ouvre la fenêtre et j'adore ce son, comme celui de la pluie qui tombe sur le velux"

Au détour d'un vinyle, Baptiste évoque l'atmosphère de son enfance, l'odeur de l'ail qui frétille pendant que l'eau des pâtes commence à bouillir, ... Il gratte 3 accords nonchalamment à la guitare tout en évoquant, dans un éclat de rire, les dernières anecdotes de répétitions pour enfin fredonner quelques unes de ses chansons phares mais aussi un titre inédit. 

"En concert, avant de monter sur scène, quand les lumières s'éteignent, il y a une sorte de grésillement et de fourmillement de gens qui tapent dans leurs mains. Depuis trois mois, cette frénésie me manque"

Un moment tendre et décontracté un peu comme si vous étiez là, tout près, sur le canapé, assis en face de lui... Écoutez, plutôt...

Inscrivez-vous à la newsletter Musiq3

La radio classique de la RTBF vous écrit tous les vendredis. Changez d’airs et soyez informés des événements de la chaîne, concours et CD de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous