RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 8/9

Pas de café dans votre village ? Découvrez ce Van pour chevaux transformé en bistrot mobile

La revue de presse : innovation, un Van pour chevaux se transforme en bistrot mobile

Le 8-9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Durant le confinement, nombreux sont les indépendants qui ont dû se réinventer, notamment dans l’Horeca. C’est ce qui a sans doute donné l’idée à Cédric, un habitant de Flamignoul en province de Namur, qui a eu l’imagination de transformer un ancien van pour chevaux en débit de boissons. Accompagné de sa "buvette volante", il se déplace de village en village principalement là où il n’y a plus de bistrot.

Voilà une chouette initiative qui crée une vie et une énorme ambiance là où les cafés ont disparu. Cette innovation donnera peut-être des idées à d’autres. Cyril vous en dit plus dans la revue de presse du 8/9.

Instagram Le Rince Cochon

L’ambiance des bistrots, c’est la vie d’un village.

Employé par un marchand de vin et spécialisé dans la livraison à l’horeca, Cédric Nicolay habite à Falmignoul. Avec les effets de la pandémie, il s’est comme bon nombre de personnes dans le milieu de l’Horeca morfondu en "chômage corona". Voilà pourquoi, durant le premier confinement, il s’est dit : "Il faudrait que je refasse un truc, pour m’occuper et faire un peu d’argent." ►►► A lire aussi Coronavirus en Belgique : accord au fédéral sur le prolongement ciblé des mesures de soutien jusqu’au 31 décembre 2021

Cédric n’en est pas à sa première initiative
Durant une quinzaine d’années, il a tenu une sandwicherie à Dinant qui fonctionnait très bien au point de lancer une seconde enseigne, de vente de pâtes juste à côté. Mais pas de chance, ses commerces se trouvaient juste à côté de la place Patenier, transformée en parking couvert lors d’un interminable chantier. Le commerçant a alors déménagé sa sandwicherie à la rue Sax… Qui elle-même s’est retrouvée en travaux peu de temps après. A titre d’information des indemnités compensatoires sont possibles selon certaines conditions.

►►► A lire aussi Chez Gina : le charme discret du bistrot de village


Un van d’occasion, transformé en famille

L’un de ses proches étant menuisier, un autre ferronnier d’art, tous les corps de métier étaient donc réunis pour fabriquer un véritable bar sur roues, plutôt chic, avec beaucoup de bois. Il suffit de le décrocher, d’ouvrir la "bawète" d’installer quelques tables et chaises aux abords, et il n'y a plus qu'a commander sa tournée.

Loading...

L’enseigne mobile s’appelle le "Rince cochon"

L’investissement consenti et les travaux réalisés, il fallait encore tester l’idée sur le terrain. L’une des premières sorties de la remorque, ce fut à Lustin, petit village d’où provient Cédric Nicolay. " C’était dans une prairie, là où 300 musiciens et chanteurs issus de trois écoles se sont produits dès les premiers instants du déconfinement". ►►► A lire aussi Alcool : quelle différence entre aimer boire un verre et tomber dans l’alcoolisme ?

Le bistrot mobile ralliera aussi des fêtes privées ou d’entreprises : ce qui a déjà été testé ces dernières semaines : sur un zoning et au domicile d’un nouveau quinquagénaire. Cédric bouge et il le crie haut et fort : on ne le verra plus "coincé" dans un commerce fixe. (Source : Facebook : Le Rince Cochon) Mais l’un des buts principaux reste, dans la perspective de l’été prochain, de s’installer dans des villages orphelins du moindre débit de boissons, avec le déficit de convivialité que cela cause " peut-on lire dans les colonnes de l’avenir (édition de Namur) .
Loading...
Loading...

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio et en télé sur La Une.

Loading...

Sur le même sujet

Débat : Franck Vandenbroucke a-t-il raison de parler de 4ème vague de Covid ?

C'est pas fini

Une citrouille toscane de 1226 kg détient désormais le record du monde, la seconde est belge

Le 8/9

Articles recommandés pour vous