Inside

"Pas le moindre reportage sur le mariage de la fille de la princesse Astrid, seriez-vous antiroyaliste ?" : dans les coulisses des choix du JT

La princesse Maria Laura de Belgique et son mari William Isvy à leur sortie de la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule.
18 sept. 2022 à 05:30 - mise à jour 21 sept. 2022 à 08:47Temps de lecture5 min
Par Sarah Heinderyckx, journaliste à la rédaction RTBF Info, pour Inside

Ils se sont dit oui ! Le samedi 10 septembre 2022, la princesse Maria Laura de Belgique, deuxième enfant de la princesse Astrid, a épousé son conjoint William Isvy à Bruxelles. Le matin à l’Hôtel de ville à l’abri des caméras, puis l’après-midi lors d’une cérémonie religieuse dans la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule devant 500 invités dont la famille royale au grand complet et en présence de plusieurs médias.

Sauf qu’au JT de la RTBF de samedi soir, aucun reportage ni aucune image n’ont été diffusés à ce sujet, ce qui n’a pas échappé à plusieurs téléspectateurs qui nous ont fait part de leur mécontentement.

"Très étonnée de ne pas avoir eu le moindre reportage sur le mariage de la fille de la princesse Astrid ! Il faut aller sur la chaîne concurrente pour être tenu au courant. Seriez-vous antiroyaliste ?", s’interroge une première téléspectatrice. "Je trouve quand même dommage qu’au JT de samedi soir, le mariage d’une princesse belge n’a pas été ni commenté, ni même évoqué…", enchérit une autre. "Honteux que la RTBF ne parle pas du mariage de la princesse Maria Laura…", insiste enfin un spectateur sur les réseaux sociaux.

Alors la RTBF a-t-elle volontairement évité le sujet ? Qu’est-ce qui explique ce choix ? On vous détaille toutes les raisons derrière cette décision.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici.


Précisons d’abord que l’information a bien été diffusée par plusieurs médias de la RTBF. Sur le site internet RTBF Info d’abord, cet article publié l’après-midi expliquait que le mariage du couple s’était tenu à l’Hôtel de ville de Bruxelles le matin et qu’une cérémonie religieuse allait suivre.

En radio, ensuite, les deux grands journaux parlés de Vivacité (17 heures) et de La Première (18 heures) ont évoqué le mariage en bref. Sur La Première par exemple, la présentatrice du journal Anne Goderniaux précisait ceci :

"Chez nous, un moment de prière et de recueillement à la mémoire de la reine Elizabeth 2 a été observé lors de la cérémonie religieuse du mariage de Maria Laura avec William Isvy. Maria Laura est la fille aînée de la princesse Astrid, sœur cadette du roi Philippe. Le mariage civil a eu lieu dans l’intimité à l’hôtel de ville de Bruxelles, avant une grande cérémonie à la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule en présence de plus de 500 invités, dont la famille royale au grand complet."

L’actualité chamboulée par le décès d’Elizabeth II

Car deux jours avant le mariage, l’actualité était bousculée par le décès de la reine Elizabeth II. Et c’est l’une des principales raisons qui a éclipsé le mariage de Maria Laura du journal télévisé. Le décès de la reine le jeudi soir a en fait chamboulé toutes les éditions du JT des jours qui ont suivi. Vendredi, en fin de journée, les responsables éditoriaux et l’équipe du week-end se sont retrouvés comme d’habitude lors d’une réunion pour évoquer la couverture de l’actualité du week-end.

Jacques Cremers, chef de rédaction Société, s’en souvient bien. "Il y avait un tel écart entre Elizabeth II, qui a régné 70 ans, et Maria Laura, qui ne jouera aucun rôle dans la succession au trône de Belgique, qu’on s’est dit que ça paraîtrait trop décalé", explique-t-il.

Il était pourtant prévu de couvrir l’évènement qui ne manquait pas d’intérêt sur le fond. Pour Jean-Paul Dubois, responsable éditorial adjoint du journal télévisé, il y avait des choses à dire. "Au-delà d’une festivité dans la famille royale, on aurait pu en profiter pour expliquer les accessibilités au trône, qui payait un mariage comme celui-là et qui était présent… Mais en matière d’actualité royale, on était vraiment submergés par ce qui se passait à Balmoral et à Londres et on a fait ce choix de privilégier l’actualité anglaise et de faire l’impasse sur ce mariage", précise-t-il.

Journal non extensible et "respect des journalistes"

Une situation que confirme Valentin Boigelot, éditeur du journal télévisé ce week-end-là qui décide, en concertation avec la présentatrice et des équipes, du contenu du JT. "Le journal était déjà ultra-rempli et ce jour-là, on ne pouvait pas faire un JT plus long. C’est parfois possible, mais malgré nos demandes, ce n’était pas envisageable ce jour-là", nous précise-t-il.

Une solution pour faire de la place pour un reportage sur le mariage était de faire passer à la trappe des reportages réalisés le même jour par d’autres journalistes en région, mais l’éditeur ne voulait pas "manquer de respect pour leur travail". "Le reportage sur les vitoulets à Charleroi peut paraître anecdotique, mais c’était un reportage de qualité qui parlait d’une partie importante du folklore local, il n’était pas question de faire travailler la journaliste pour rien", affirme Valentin Boigelot.


►►► A lire aussi sur la page INSIDE de la rédaction :


Un événement "privé"

Ce sont donc principalement les circonstances du week-end qui ont fait que le sujet est finalement passé à la trappe, et la rédaction assume ce choix. "Le mariage avait un intérêt sur le papier, répète Jean-Paul Dubois, mais il n’était pas non plus indispensable. Il faut parfois renoncer à des choses qu’on aurait bien aimé faire, mais qui ne trouvent plus leur place".

Il est clair que si l’actualité du week-end avait été moins chargée, les choses se seraient peut-être passées autrement, mais au final, pour Jacques Cremers : "On a estimé que ce mariage relevait plutôt de l’ordre du privé. Un tel évènement aurait évidemment toute sa place dans une émission thématique sur la royauté, mais pas forcément dans une émission d’information générale comme le journal télévisé".

Retrouvez ci-dessous la chronique de Louise Monaux, médiatrice de la RTBF, dans l'émission "On n'a pas fini d'en parler" sur Vivacité du 16 septembre 2022. Elle a notamment recueilli les explications du directeur de l'information Jean-Pierre Jacqmin sur le sujet.

On n'a pas fini d'en parler - Le RTBF Inside

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et ailleurs ?

Nos confrères de la VRT, eux, ont bien accordé un sujet au mariage de la princesse dans leurs deux éditions du journal télévisé du samedi. Ils ont pu le faire dans un journal de 42 minutes le soir, là où la RTBF devait se restreindre à 35 minutes de journal. Quant à RTL-TVI, le journal a également diffusé un reportage sur le mariage à 13 heures et 19 heures.

"Nos lignes éditoriales ne sont pas tout à fait pareilles, rappelle Jean-Paul Dubois. Même si je plaidais pour couvrir ce mariage à la base, je ne regrette pas qu’on ne l’ait pas fait au final parce qu’encore une fois c’était dispensable. Ce n’était pas un événement officiel et politiquement important. C’était humainement intéressant et d’autres l’ont couvert c’est très bien. C’est aussi à ça que sert la diversité des offres de médias".


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


Articles recommandés pour vous