Regions Liège

Pascal Rodeyns était bien présent au moment du meurtre de son compagnon

Me Rodeyns était présent au moment de l’assassinat de Mabye Wayde.
30 sept. 2020 à 12:33Temps de lecture1 min
Par RTBF avec Belga

Lors de son audition, raconte la Dernière Heure ce mercredi, Pascal Rodeyns a reconnu qu’il se trouvait dans la maison au moment où Mbaye Wayde a été tué. 

Cette révélation pourrait chambouler l’enquête sur le meurtre de Mbaye Wayde. Ce sont les caméras de surveillance installées devant le domicile du couple qui ont permis d’établir la présence de l’avocat au moment des faits. Ce dernier l'a découvert en cours d'enquête, en voyant les images des caméras et a confirmé qu’il se trouvait bien à l’étage du dessous. Selon des informations rapportées par la DH Pascal Rodeyns aurait ajouté qu’il était alors sous l’influence de cocaïne. Celui-ci n’aurait pas entendu les appels au secours de Mbaye Wade. Ce n'est absolument pas à cause de cocaïne qu'il aurait prise nous précise son avocat, mais parce qu'il dormait, ayant pris un somnifère. 

Pascal Rodeyns a déclaré posséder plusieurs armes à son domicile. Il conviendra de vérifier que celles-ci correspondent au permis de chasse qu’il détient. Son avocat précise que ces armes sont détenues légalement. Notez que Pascal Rodeyns ne fait l’objet d’aucune inculpation à l’heure actuelle.

Version du vol avec violence remise en cause

La piste du crime homophobe avait déjà été rapidement écartée par le parquet. Celle du vol avec violence est désormais également remise en doute.

Les deux inculpés impliqués dans l’homicide de Mbaye Wade devaient comparaître ce mercredi devant la chambre du conseil de Liège. Jérémy D. pour l’assassinat de Mbaye Wade et Louis B. pour meurtre pour faciliter le vol. Ce dernier est finalement le seul à avoir comparu ce jour.


 ►►► À lire aussi : Meurtre de Mbaye Wade à Liège : deux personnes inculpées, l'une d'assassinat, l'autre de meurtre


La comparution du principal auteur a été reportée au mercredi 7 octobre. Ses avocats ont dénoncé une tentative d’intimidation de la part du juge d’instruction chargé de l’affaire. "La défense a fait l’objet d’une tentative d’intimidation de la part du juge d’instruction qui essaye de nous mettre sur le dos les fuites intervenues dans la presse. Je suis inquiet quant au climat qui préside dans cette enquête", a indiqué Me Courtoy.

Articles recommandés pour vous