Les secrets du métier

Pascale Minet, responsable de l’enseignement et des formations en IPPJ : "C’est important de repartir sur les raisons du décrochage scolaire"

Pascale Minet

© Tchic Tchac

01 sept. 2022 à 08:07Temps de lecture2 min
Par Charline Halleux

Quand un jeune est en grande difficulté, il arrive qu’il soit pris en charge par l’une des six Institutions publiques de protection de la jeunesse de la FWB. Dans une IPPJ, il y a toujours une équipe chargée de l’enseignement. Un pôle essentiel dans ce type d’établissement.

C’est à Saint-Servais, dans la province de Namur que nous emmène cette nouvelle capsule "Les secrets du métier". La visite commence dans un magnifique parc. L’occasion pour Jöelle Scoriels d’en savoir plus sur les jeunes qui s’y trouvent.

"On accueille des jeunes filles qui ont un comportement parfois délinquant et qui sont placées par le juge de la jeunesse. Les jeunes sont obligées de venir ici à l’ippj, elles sont d’ailleurs amenées la plupart du temps par les autorités judiciaires et nous, nous devons accueillir toutes les jeunes qui sont confiées à l’institution", explique Pascale Minet, responsable de l’enseignement et des formations.

Les jeunes filles sont hébergées 24h sur 24 et toutes leurs activités se trouvent sur le site de Saint Servais. Parmi ces activités : l’école ! "Les jeunes suivent leur enseignement ici en intra-muros tous les jours. Ce sont des petits groupes d’environ six élèves qui sont construits en fonction du niveau, des besoins et des capacités de chacun. On essaie vraiment d’avoir une approche individualisée", explique Pascale Minet.

Pour cette enseignante de formation, "c’est important de repartir sur les raisons du décrochage scolaire, parce que les jeunes se sont construites en opposition à l’école. C’est important de les réconcilier avec l’école, de leur rendre confiance en elles-mêmes". Pour rendre cela possible, il y a évidemment les enseignants qui travaillent directement dans l’IPPJ, mais également une collaboration avec l’école d’origine et des écoles partenaires de la région qui permettent entre autres au jeune de pouvoir retourner sur les bancs de l’école dès leur sortie ou encore de certifier leur réussite scolaire.

Pour les encourager, les jeunes reçoivent chaque semaine un carnet de route. Le but est de les encourager, les motiver et noter leur progrès. Il a vraiment une vocation d’encouragement et pas de "jugement" comme pourrait l’être un bulletin de notes. "Si une semaine s’est mal déroulée, cela le motive à faire mieux la semaine suivante et à repartir sur de meilleures bases" explique la responsable de l’enseignement !

 

Envie d’en savoir plus ? Les capsules "Les secrets du métier" sont diffusées les dimanches à 20h08 sur La RTBF et disponibles à tout moment sur Auvio.

Les secrets du métier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Les centres sportifs locaux : " L’allié local et de terrain de l’Adeps ! "

Les secrets du métier

La Fédération Wallonie-Bruxelles, un acteur clé de la recherche fondamentale

Les secrets du métier

Articles recommandés pour vous