Emploi

Patrons et employés n’ont définitivement pas la même vision du télétravail

Patrons et employés n’ont définitivement pas la même vision du télétravail.

© Maskot

10 oct. 2022 à 13:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Le travail "hybride", mêlant télétravail et présentiel, est devenu la norme avec la pandémie. Mais ce mode de fonctionnement n’est pas perçu de la même façon par les employeurs et les salariés. Pire encore, il suscite des tensions entre eux.

Le retour au bureau plébiscité par les managers

En cette nouvelle ère post-Covid-19, rares sont les entreprises qui arrivent à convaincre leurs collaborateurs de venir tous les jours au bureau. Cela prouve à quel point le télétravail a réussi à bouleverser les dynamiques professionnelles, pour le plus grand déplaisir des employeurs

La société Fiverr a mené l’enquête auprès de 1.000 managers et cadres américains. Près de la moitié d’entre eux ont déclaré qu’ils prévoient de modifier leur politique en matière de télétravail en 2023 afin de forcer leurs équipes à revenir au bureau.

La raison ? Cela les rendrait plus productives.

Un tiers des répondants sont persuadés que les salariés sont plus motivés lorsqu’ils se savent surveillés par leurs responsables. On est loin du management par "l’empowerment". 

Que faire des locaux inoccupés ?

Plus de 40% des employeurs estiment aussi que le présentiel permet à leurs collaborateurs d’avoir plus facilement accès aux ressources et équipements fournis par l’entreprise. Autre avantage : ce mode de fonctionnement pousserait les salariés à prendre moins de pauses que lorsqu’ils sont (sans surveillance) chez eux. C’est en tout cas ce que croient 25% des managers. 

Mais l’argent reste le nerf de la guerre, pour une grande partie des patrons américains. Le recours accru au télétravail est une véritable épine dans le pied des entreprises qui louent leurs locaux. Elles désespèrent de voir autant de mètres carrés inoccupés. Rien d’étonnant donc à ce qu’un employeur sur quatre soit en faveur du retour au bureau pour des raisons strictement financières

Les salariés mettent leur démission dans la balance

Qu’en est-il des employés ? Ils voient d’un très mauvais œil le retour à la vie d’avant après avoir goûté au télétravail généralisé et à la liberté d’organisation qu’il permet. Plus de 20% des 1.000 employés sondés par Fiverr déclarent que rien ne pourrait les convaincre d’aller au bureau tous les jours, comme c’était le cas avant la crise Covid. 42% d’entre eux vont même plus loin et affirment qu’ils seraient prêts à démissionner si on leur forçait la main.

Toutefois, l’inflation et la crise du coût de la vie poussent la plupart des salariés à être plus mesurés. 61% des répondants accepteraient de venir occasionnellement au bureau en échange d’une augmentation de salaire. Le ton est donné...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous