RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Paul Magnette, son côté catho caché et l’e-commerce

Chronique Economique

Notre pays sans e commerce ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21 !

En général, j’évite de parler des hommes et des femmes politiques, car ma chronique est focalisée sur l’économie et qu’ils ont déjà assez de tribunes ailleurs. Mais aujourd’hui, Paul Magnette ne me laisse pas le choix.

Le président du PS a fait une déclaration que tous les médias ont reprise en chœur. Il a déclaré qu’il faudrait faire de la Belgique, un pays sans e-commerce. "Après la sortie du nucléaire, j’aimerais sortir du commerce électronique" a-t-il même précisé dans son interview au magazine flamand HUMO. Sa déclaration n’est pas venue par hasard, elle arrive au moment où le gouvernement fédéral discute du travail de nuit.

En résumé, les libéraux voudraient assouplir le travail de nuit, car ils constatent que les gros acteurs de l’e-commerce se sont installés juste à côté de nos frontières pour livrer jour et nuit les consommateurs belges. Résultat : ces entrepôts emploient des personnes qui auraient pu être engagées en Belgique, si nous avions une législation plus souple en matière de travail de nuit. De son côté, Paul Magnette et son parti bloquent sur ce travail de nuit, parce qu’il est synonyme de souffrance physique selon lui. Et puis aussi, parce qu’il ne comprend pas ces gens qui veulent acheter à toute heure et recevoir leurs colis dans les 24 heures et ne peuvent pas attendre deux jours pour qu’on leur apporte un livre à leur domicile.

Mes confrères du quotidien économique l’ECHO ont taclé ce matin le président du PS en expliquant que supprimer l’e-commerce n’a pas de sens, qu’il représente des dizaines de milliers d’emplois et pèse plus de 11 milliards d’euros. Ça, c’est pour la démonstration statistique. Mais au risque d’étonner, je pense que Paul Magnette soulève un vrai problème de société

Sur le même sujet

Poutine, nos hurlements, le cynisme de la Bourse

Chronique Économique

L’Europe des puces, héritière du drame des vaccins

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous