Pension minimale à 1500€: "La mesure n'a de sens que si on parle de net"

CQFD

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 sept. 2020 à 18:48 - mise à jour 24 sept. 2020 à 18:48Temps de lecture2 min
Par Catherine Tonero

L'accord de la Vivaldi prévoit une pension minimale à 1500 euros... Montant brut ou net? Mesure payable? Suffisante? Pour tenter de répondre à ces questions dans CQFD: Thierry Bodson, président de la FGTB et Pierre Devolder, professeur à l'UCLouvain et membre du Conseil académique des pensions.

L'enjeu des périodes assimilées

C'est une revendication de longue date de la FGTB: rehausser la pension minimum garantie à 1500 euros nets. "Ce n'est pas un montant qui sort de nulle part", explique Thierry Bodson, "nous estimons, sur base d'études, qu'il faut avoir cette rentrée nette en poche après 65 ans pour faire face aux coûts de la vie, entrer dans une maison de repos, etc. C'est plus que ce qui existe aujourd'hui: la pension isolé qui est autour de 1300 euros bruts. Pour rappel, la Belgique est parmi les pays aux pensions légales les plus basses".

Le président de la FGTB précise en outre que cette revendication vaut pour 40 années de carrière [une carrière complète aujourd'hui est atteinte à 45 années, Ndlr]. "L'un des gros enjeux, ce sont les périodes assimilées: comment sont-elles prises en compte pour pouvoir atteindre les 1500 euros, sachant qu'elles sont aujourd'hui moins bien prises en compte qu'auparavant, principalement pour les femmes pour qui c'est un vrai handicap", rappelle Thierry Bodson. 

Un double miroir aux alouettes

"Cette mesure est "un trophée", pour Pierre Devolder: "c'est un double miroir aux alouettes: premièrement, en terme de communication, parce qu'on donne l'illusion aux citoyens que dorénavant, ils auront 1500 euros de pension, or c'est pour une carrière complète! [...] Qu'on soit pour ou compte, la mesure n'a de sens que si on parle de net. Deuxièmement, on fait croire qu'on a résolu le problème des pensions. Je suis atterré de voir que toute la question des pensions ces derniers moi n'a plus été centrée que sur cette mesure", regrette le membre du Conseil académique des pensions.

Thierry Bodson rappelle aussi l'enjeu de la pénibilité des métiers: "on a entamé un chantier qu'on n'a jamais pu voir aboutir, et la crise sanitaire actuelle le démontre malheureusement: énormément de métiers sont pénibles et la façon de pouvoir rémunérer cette pénibilité est aussi un énorme problème budgétaire".

Pension moyenne des femmes: 882 euros

 

 

CQFD

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

3 milliards d'euros pour financer la mesure en net

Selon le Bureau du Plan, porter la pension minimum à 1500 euros nets par mois nécessiterait un financement d'environ 3 milliards d'euros. Si c'est 1500 euros bruts, il en faudrait 0,5 milliard. Par ailleurs, le budget des pensions doit aussi faire face au vieillissement de la population. On parle de 8 milliards annuels de dépenses prévues pour les pensions dans les années à venir. Et selon les projections, la proportion des 67 ans et plus va passer de 17% en 2019 à 24% en 2070.

Le président de la FGTB pointe ici les milliards d'euros de fraude fiscale de manque à gagner: "12 à 14 milliards d'euros qui échappent chaque année aux finances de l'Etat belge". Pierre Devolder répond: "cela ne nous exonère pas de gérer nos finances publiques convenablement et du devoir de repenser notre sécurité sociale. Il faut repenser ce système qui actuellement conduit à des pensions minimales trop basses ou insuffisantes et des injustices flagrantes en fonction des statuts ou de la pénibilité des métiers", conclut le professeur à l'UCLouvain.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L'entièreté du débat à revoir ci-dessous:

Sur le même sujet

Vers quel casting se dirige-t-on pour le gouvernement fédéral ?

Belgique

Articles recommandés pour vous