Regions

Pénurie dans les crèches : « il vaudrait mieux trouver une place avant de concevoir son enfant », témoigne un papa

Il n'y a pas assez de places dans les crèches

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 août 2022 à 08:32 - mise à jour 08 août 2022 à 12:05Temps de lecture2 min
Par Louis Matagne

Père d’une petite Emilia née an mai, Fabian Sorée, résident d’Yvoir, est dépité. " Je cherche une crèche, mais je suis sur liste d’attente depuis le mois de novembre", explique-t-il. "J’ai cherché autour de chez moi à Yvoir, Assesse, Erpent, Namur, mais je ne trouve pas, et j’ai essuyé plusieurs refus. Plusieurs directions m’ont dit que c’était très difficile d’accepter des enfants en ce moment."

Les contraintes professionnelles de Fabian et de sa compagne n’arrangent, rien : employés en maison de repos, ils travaillent tous les deux à temps plein à partir de 7h. " Nous n’avons pas le choix, nous devons trouver une place " précise Fabian. L’alternative si la situation ne se débloque pas, ça reste les grands-parents. " Mais ce n’est pas leur rôle de garder un bébé toute la semaine. Ils sont pensionnés, ils ont le droit d’en profiter. " Et d’ironiser : " En fait, aujourd’hui il vaudrait mieux trouver une place avant de concevoir son enfant "

Manque de place généralisé

Le cas de Fabian est loin d’être isolé. Depuis des années, trouver une crèche où une gardienne ONE pour son enfant est un combat pour de nombreuses familles. On parle bien d’une pénurie, qui touche l’ensemble du territoire wallon et bruxellois. Les derniers chiffres disponibles datent de 2020 et révèlent un taux de recouvrement moyen de 37% en Fédération Wallonie-Bruxelles (autrement dit il y a en moyenne 37 places disponibles pour 100 enfants âgées de 0 à 2.5 ans). Trop peu, de l’aveu même de l’Office de la naissance et de l’enfance, qui rappelle toutefois qu’on n’a eu de cesse d’ouvrir de nouvelles places. "En 2011, le nombre total de places, subventionnées ou non, était de 39.626 en Fédération Wallonie-Bruxelles", rappelle Sylvie Anzalone, porte-parole de l’ONE. "En 2020, nous étions passés à 46.863"

Situation stable depuis 2020

L’ONE compile actuellement les chiffres pour l’année 2021, mais la tendance semble être à la stabilité. "Globalement, les chiffres devraient rester stables par rapport à 2020, avec une légère augmentation du nombre de crèches subventionnées, et une légère diminution des crèches non subventionnées." Et l’impact du covid ? " Il y a eu des maladies et des fermetures, mais il semblerait que les choses aient repris leurs cours. On devrait toutefois observer une diminution du nombre d’accueillantes autonomes, chez qui il y a eu des fermetures et des départs à la retraite non remplacés. " La pénurie n’aurait pas été aggravée, donc. La FWB prévoit par ailleurs toujours l’ouverture de 5200 places pour 2026.

Sur le même sujet

La licence d’une crèche à Schilde suspendue après une plainte

Education

Articles recommandés pour vous