RTBFPasser au contenu

Economie

Perçu comme "produit de luxe", le marché du bio connaît un effondrement notamment lié à l'inflation

Le marché matinal

L'évolution de l'alimentation bio

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 mai 2022 à 06:40 - mise à jour 23 mai 2022 à 07:142 min
Par Xavier Lambert, avec Baptiste Hupin

On sait que l’alimentation bio, le circuit court aussi ont connu un véritable engouement pendant la crise sanitaire. Deux années de forte progression pour la vente de ces produits, mais aujourd’hui, le marché connaît un sérieux coup de frein; moins de produits bio vendus ces derniers mois, des caddies plus petits, des chiffres d’affaires en baisse pour un secteur habitué jusqu’ici à la croissance.

Ce ralentissement est d’autant plus marqué que c’est une première et que les années 2020 et 2021 avaient été tout à fait exceptionnelles. Mais la baisse dans le secteur du bio a commencé à se ressentir dès la fin des confinements et s’accentue ces derniers mois.

"C’est très certainement dû à l’inflation galopante, estime Alexis Descampe, CEO de la chaîne de magasins bio Färm, et la pression sur le pouvoir d’achat et les budgets des ménages qui font que les gens allouent leur budget à ce qu’ils peuvent, pour faire face en même temps à la montée des prix de l’énergie, etc."

Un niveau d'avant-pandémie

Les chiffres reviennent ainsi à un niveau inférieur de celui de l'avant-pandémie, celui de 2018-2019.

Et cela semble pareil dans les grandes surfaces: les gens font plus attention à ce qu’ils achètent. Mais la tendance est nettement plus marquée pour les produits bio, confirme Karima Ghozzi, porte-parole de Delhaize: "On constate en tout cas un impact par rapport au prix plus élevé du bio. Parce que pour donner un exemple super concret, on a par exemple un traitement de vin bio qui ne connaît pas une vraie différence de prix avec le vin conventionnel. Et là, par exemple, on observe une tendance à la hausse, donc on voit quand même un lien direct avec le prix".

Le problème, c’est donc le prix du bio, ou plus exactement la réputation de pratiquer toujours des prix plus élevés.

Selon plusieurs personnes interrogées, les fondements du marché bio ne sont pas en cause. La baisse serait plutôt liée à la conjoncture actuelle. Le consommateur continuerait d’attribuer de l’importance aux valeurs environnementales, de santé ou d’éthique associées généralement au bio, mais s’en détourne par prudence budgétaire au profit des produits conventionnels.

 

Pour ce secteur confronté à la première chute de ventes dans son histoire, il y a donc là un véritable défi, estime Pierre-Alexandre Billiet, économiste et patron de Gondola, la plateforme pour la grande distribution, qui pense que le secteur du bio doit notamment communiquer différemment, ajuster son marketing: "On voit que les consommateurs aujourd’hui assimilent de plus en plus le bio avec produits de luxe. Et là, je pense qu’il y a quand même vraiment un souci par rapport au marketing, par rapport au positionnement des produits bio, essentiellement en Europe de l’Ouest et qu’ils sont vraiment confondus avec des produits de luxe. Régulièrement, les produits bio sont un peu plus chers, mais sont absolument compétitifs par rapport à des produits qui ne sont pas bio".

Le marché du bio doit convaincre le consommateur qu’il n’est pas nécessairement plus cher,  mais la difficulté, c’est de ne pas tomber alors dans une guerre des prix qui pourrait être très dommageable à ce secteur dont les marges sont déjà faibles, aussi bien pour les producteurs que pour les vendeurs.

Par ailleurs, Pierre-Alexandre Billiet estime que pour le consommateur, il y a un risque aujourd’hui, en période de forte inflation, de ne plus raisonner qu’en termes de pouvoir d’achat, avec le prix comme principale boussole d’achat. Dans ce contexte, il est alors très important que ce consommateur soit bien informé sur la qualité des produits qu’il achète, au risque de se tourner vers des produits certes moins chers, mais dont la qualité n’est clairement pas comparable.

Sur le même sujet

31 mai 2022 à 09:47
1 min
23 mai 2022 à 12:00
4 min

Articles recommandés pour vous