Monde

Perles anales, "rage quit" et discrédit : le monde des échecs retombe dans les suspicions de triche après la défaite du champion du monde

Loading...
28 sept. 2022 à 04:00 - mise à jour 28 sept. 2022 à 14:40Temps de lecture7 min
Par Anthony Roberfroid

Le monde des échecs est en ébullition depuis le début du mois. Magnus Carlsen – norvégien de 31 ans, grand maître international considéré comme le meilleur joueur d’échecs de ces dernières années – voire de tous les temps – vacille face à Hans Niemann, un jeune Américain de 19 ans.

Le 5 septembre, lors du troisième tour de la Sinquefield Cup à Saint-Louis, il a fallu 57 coups et plus de 4h30 à Niemann pour mettre "échec et mat" le quintuple champion du monde. Un exploit qui en a surpris plus d’un.

Loading...

Un jeune "outsider"

Bien que Niemann soit lui aussi grand maître, l’Américain était l'"outsider" du tournoi. Le jeune homme n’est "que" 49e mondial au classement Elo - classement comparatif des joueurs d’échecs - lorsqu’il prend part à la compétition, et il est le joueur le moins bien classé du concours.

Sa présence n’était d’ailleurs pas prévue, Niemann a intégré la compétition suite au désistement du joueur hongrois Richard Rapport qui, manque de document de vaccination, n’a pu entrer sur le territoire américain. Raison pour laquelle le jeune joueur, moins bien classé que ses concurrents, a intégré le tournoi.

Malgré sa participation surprise et son niveau plus faible que les autres compétiteurs, Niemann réussit l’exploit de battre celui qui domine le monde des échecs depuis plus de 10 ans et qui cumulait à ce stade 53 parties d’affilée sans défaite. Le champion du monde Carlsen avait pourtant le privilège de jouer les Blancs, ce qui lui donnait statistiquement un léger avantage tactique. Cette victoire avait donc de quoi étonner de nombreux observateurs, le vaincu Carlsen en tête.

"Je préfère ne pas parler. Si je parle, j’aurai de gros problèmes"

Peu après sa défaite, le champion du monde annonce sur Twitter, se retirer du tournoi, avec pour laconique message, un extrait vidéo d’une interview de José Mourinho, l’ancien entraîneur du club de football de Chelsea : "Je préfère ne pas parler. Si je parle, j’aurai de gros problèmes". Une référence à un arbitrage défaillant, laissant penser que la tricherie s’est immiscée sur l’échiquier.

Loading...

Depuis, les rumeurs de triche les plus folles ont circulé. Plusieurs hypothèses parlent de complices, indiquant à Niemann les meilleurs mouvements à effectuer.

Il faut dire qu’avec l’avancée des technologies, Deep Blue n’est plus qu’une vulgaire version bêta des smartphones d’aujourd’hui. Plus besoin d’un appareil d’une tonne et demie pour battre son adversaire, les possibilités de triche se sont démultipliées. Une fois les premiers déplacements effectués et entrés dans un logiciel, un micro-ordinateur peut rapidement calculer les meilleurs coups à jouer.

En outre, au plus haut niveau, les joueurs n’ont pas besoin d’être informés de chaque coup à jouer, mais plutôt d’être guidés dans des moments clés. Tout se joue habituellement en milieu de partie, où la balance peut doucement pencher d’un côté ou de l’autre grâce à d’astucieuses combinaisons. Une simple indication, une vibration, un bruit indiquant de jouer une pièce plutôt qu’une autre suffit à un grand maître pour comprendre pourquoi l’ordinateur juge que ce coup est optimal.

Reste qu’à moins de prendre sur le fait un tricheur, il est difficile de déterminer si un joueur a triché lors d’une partie.

Le joueur américain a-t-il eu connaissance de la stratégie du champion du monde avant le match ? Aurait-il reçu une indication alors que la partie était diffusée en direct sur internet ? Un signe depuis la salle ? Une vibration depuis un appareil miniature situé dans la semelle de sa chaussure ? Voire même, plus insolite, grâce au vibration de perles anales connectées comme l’aurait suggéré de nombreuses personnes, dont le fantasque Elon Musk sur Twitter ? Impossible de le dire actuellement, mais aucune trace de triche n’a pu être observée jusqu’à présent.

"Le talent, c'est le tireur qui atteint un but que les autres ne peuvent toucher ; le génie, c'est celui qui atteint un but que les autres ne peuvent même pas voir (parce qu'elle est dans son derrière)",  a déclare Elon Musk sur Twitter, réinterprétant un
"Le talent, c'est le tireur qui atteint un but que les autres ne peuvent toucher ; le génie, c'est celui qui atteint un but que les autres ne peuvent même pas voir (parce qu'elle est dans son derrière)", a déclare Elon Musk sur Twitter, réinterprétant un © Capture d’écran Twitter

Toujours est-il que lors de ce tournoi, les joueurs étaient fouillés et passés au crible. Si triche il y a eu, triche fut bien dissimulée. Après les premières allégations, l’organisateur du tournoi a décidé de décaler de 15 minutes la diffusion des parties et a approfondi l’examen des joueurs avec un scanner à radiofréquence.

Loading...

Solide comme un roque

En débriefing d’après-match, Niemann a expliqué avoir obtenu sa victoire "par un miracle ridicule", expliquant avoir deviné l’ouverture inhabituelle de son adversaire et s’y être préparé. "Magnus doit être gêné de perdre contre moi", a-t-il notamment déclaré.

Alors que certains soutiennent le champion du monde dans ses suppositions, d’autres défendent partiellement l’Américain. C’est notamment le cas de l’ancien roi de l’échiquier Gary Kasparov :

J’ai regardé la partie d’hier soir [contre Niemann] et je dois dire que Carlsen a très mal joué. Je rejette toutes les versions d’une victoire injuste. Bien sûr, nous ne pouvons pas dire avec certitude que Niemann n’a pas triché, mais Carlsen a étonnamment joué si mal l’ouverture avec les Blancs qu’il s’est automatiquement retrouvé dans une position fâcheuse. Il a ensuite montré une étrange incapacité à faire face à la situation difficile qui s’est présentée sur l’échiquier.

Gary Kasparov, septembre 2022

Un tricheur repenti ?

Au lendemain du tournoi, Hikaru Nakamura, reconnu comme étant le meilleur joueur de blitz (comprenez "les échecs éclair", ndlr.), annonce qu’il suspecte Niemann d’avoir triché, rappelant que ce dernier avait déjà triché auparavant lorsqu’il jouait aux échecs sur internet et qu’il avait été banni auparavant de la plateforme n°1 d’échecs en ligne Chess.com.

Je le dis au monde entier parce que je ne veux pas de déformation de la réalité et je ne veux pas de rumeurs. Je n’ai jamais triché dans une partie devant un échiquier

Le joueur américain a rapidement admis avoir triché par le passé, d’abord à l’âge de 12 ans puis à l’âge de 16 ans, mais nie formellement avoir eu recours à une quelconque aide lors de ce tournoi : "J’ai triché sur des parties aléatoires sur Chess.com. J’ai été pointé du doigt. J’ai avoué. C’est la plus grosse erreur de ma vie et j’en ai complètement honte. Je le dis au monde entier parce que je ne veux pas de déformation de la réalité et je ne veux pas de rumeurs. Je n’ai jamais triché dans une partie devant un échiquier. Et à part quand j’avais 12 ans, je n’ai jamais triché dans un tournoi dont la récompense était de l’argent" a-t-il indiqué.

Expliquant ce qui s’était passé lorsqu’il avait 12 ans, Niemann a déclaré qu’il avait voulu obtenir un meilleur classement pour pouvoir jouer contre des joueurs plus forts.

Toujours est-il que malgré ses actes, Niemann reste un grand joueur d’échecs. La polémique ne joue pas en la faveur de l’Américain, touché par un fort discrédit, mais il est irréfutable que son niveau a fortement évolué et qu’il a su se hisser dans le classement des meilleurs joueurs mondiaux ces dernières années.

"S’ils veulent que je me déshabille entièrement, je le ferai", a annoncé Niemann, voulant prouver son niveau en répétant sa prouesse. "Je m’en fiche. Parce que je sais que je suis propre. Vous voulez que je joue dans une boîte fermée avec zéro transmission électronique, je m’en fiche. Je suis là pour gagner et c’est mon objectif quoi qu’il arrive", a-t-il ajouté.

Une revanche éclair

Depuis la polémique, Hans Niemann a de nouveau été banni de la plateforme Chess.com, mais il peut toujours continuer de jouer sur la seconde plateforme la plus populaire en ligne : Chess24.

Lundi dernier, les deux hommes se sont de nouveau affrontés pour une partie… qui s’est avérée "éclair". Après seulement deux coups de Niemann, Magnus Carlsen a décidé de "rage-quit" la partie. Un abandon, signe de dégoût et de protestation du champion du monde, qui a rapidement éteint sa webcam et quitté le site. Une seconde victoire donnée à Niemann, mais aussi une décision qui a fait couler beaucoup d’encre dans le monde des échecs, relançant une nouvelle fois la polémique.

Loading...

Suite à ce match, Carlsen a donné une brève interview, déclarant que "les gens peuvent tirer leurs propres conclusions" de sa décision de ne pas jouer contre Niemann.

"Nous devons faire quelque chose contre la tricherie, et pour ma part, à l’avenir, je ne veux pas jouer contre des personnes qui ont triché à plusieurs reprises dans le passé car je ne sais pas ce qu’elles sont capables de faire à l’avenir", a précisé Carlsen.

Une hache de guerre loin d’être enterrée

Preuve que la hache de guerre est loin d’être enterrée, le champion du monde Magnus Carlsen est revenu à la charge dans un communiqué publié ce mardi sur Twitter : "Je sais que mes actions ont frustré beaucoup de personnes dans la communauté échiquéenne. Je suis frustré. Je veux jouer aux échecs. Je veux continuer à jouer aux échecs au plus haut niveau dans les meilleurs événements", a expliqué le champion du monde.

La pilule a en tôt cas du mal à passer chez le Norvégien, qui confirme ses accusations de tricherie : "Lorsque Niemann a été invité à la dernière minute à la Sinquefield Cup 2022, j’ai fortement envisagé de me retirer avant l’événement. J’ai finalement choisi de jouer".

Loading...

Pour Carlsen, le joueur américain ne serait pas reparti dans le droit chemin : "Je pense que Niemann a triché plus – et plus récemment – qu’il ne l’a admis publiquement. Sa progression dans le classement mondial a été inhabituelle, et tout au long de notre partie à la Sinquefield Cup, j’ai eu l’impression qu’il n’était pas tendu ou même pleinement concentré sur le jeu dans les positions critiques, tout en surclassant le noir d’une manière que je pense que seule une poignée de joueurs peuvent faire. Cette partie a contribué à changer ma perspective."

Il conclut finalement en expliquant ne pas pouvoir révéler de plus amples informations : "J’aimerais en dire plus. Malheureusement, à l’heure actuelle, je suis limité dans ce que je peux dire sans la permission explicite de Niemann de parler ouvertement. Jusqu’à présent, je n’ai pu parler que par mes actions, et ces actions ont clairement indiqué que je ne suis pas prêt à jouer aux échecs avec Niemann. J’espère que la vérité sur cette affaire sera révélée, quelle qu’elle soit"

Le champion du monde serait-il mauvais perdant ou réellement une victime d’un procédé bien ficelé ? La réponse n’est actuellement pas connue mais la polémique ne semble pas s’essouffler.

De son côté, Hans Niemann n’a pas réagi à cette nouvelle attaque qui relance une nouvelle fois de nombreuses discussions dans le monde échiquéen.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous