RTBFPasser au contenu
Rechercher

Petra De Sutter dans Jeudi en Prime : "La Belgique ambitionne d’être dans le top 3 pour la cybersécurité en Europe"

20 mai 2021 à 18:59Temps de lecture2 min
Par J.C.

Petra De Sutter (Groen), vice-Première ministre et ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques, ancienne médecin, était l’invitée de Jeudi en Prime.

Le Conseil National de Sécurité (CNS) a validé ce jeudi sa cyberstratégie 2.0, afin de mieux s’organiser contre la cybermenace, toujours plus présente. Ce que confirme la ministre : "Il y a des attaques tout le temps. C’est toujours très difficile de voir d’où elles viennent, surtout si ce sont des acteurs importants. Mais la Belgique est dans le top 5 à 10 en Europe pour la cybersécurité, notre ambition est d’arriver dans le top 3".

Récemment, le réseau Belnet, qui connecte à internet de nombreuses institutions, a été attaqué, menant à l’annulation de réunions parlementaires notamment. Ou encore de nombreux Belges ont reçu des faux SMS venant prétendument de bpost, leur annonçant un colis en attente.

Comment agir contre ces attaques ? "Il y a plusieurs actions : il faut sensibiliser le public à ce smishing, phishing par SMS, commence Petra De Sutter. Les opérateurs peuvent faire aussi un travail de screening de ce genre de cas. Et dans la nouvelle loi télécoms, on prévoit une base juridique pour ce screening. Dans le cas des SMS bpost, on en a arrêté beaucoup avant qu’ils parviennent chez le public, on n’a vu qu’une partie de ce qui est passé à travers les filets…"

Proximus multiplie les services digitaux

Proximus a annoncé cette semaine se lancer dans la santé en ligne, avec Doktr, une application de télémédecine. N’y aura-t-il pas un problème au niveau des données personnelles, alors que Proximus offre de plus en plus de services digitaux ?

Non, pour la ministre de tutelle. "Les services digitaux sont en train de se développer. Pour l’instant, les gens sont sur Facebook, Google… C’est bien qu’un acteur européen, qui respecte toutes les règles, prenne une place".

Les conditions sociales des médecins assistants ne sont pas du tout ce que ça devrait être

Rien ne va plus chez les médecins et le personnel de soins de santé pour le moment : burn-out, stress dû à la Crise Covid, grogne des médecins assistants… Petra De Sutter le comprend-t-elle, en tant qu’ancien médecin elle-même ? Et soutient-elle le gouvernement fédéral ? "On a eu la plus grande crise à gérer depuis la seconde guerre mondiale. Tous les partis ont compris qu’il faut investir dans un système public de santé. On a déjà libéré des fonds, liés au Covid mais également pour après. Vous pouvez me croire, ce réinvestissement va vraiment arriver".

Concernant les médecins assistants, un accord a été trouvé mercredi, mais rejeté côté francophone. "C’est vrai que le statut, les conditions sociales ne sont pas du tout ce que ça devrait être. Je les comprends. En Flandre, ils sont satisfaits car leur salaire va s’améliorer, alors qu’en Wallonie c’était déjà fait. En Wallonie, on se préoccupe plus du temps de travail. Cela viendra dans un second temps en Flandre".

Sur le même sujet

Petra De Sutter veut permettre le droit à la déconnexion dans l’administration fédérale

Belgique

La Belgique se dote d’une stratégie contre les cybermenaces

Belgique

Articles recommandés pour vous