Prix de l'énergie

Pétrole : le baril de Brent descend sous 90 dollars, au plus bas depuis la guerre en Ukraine

© Getty Images

08 sept. 2022 à 07:11Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Anthony Roberfroid

Lesté par les craintes de récession économique en pleine crise mondiale du coût de la vie, le Brent, référence du pétrole brut en Europe, est passé mercredi sous 90 dollars, une première depuis début février, avant l'invasion russe de l'Ukraine.

Vers 13H50 GMT ce mercredi (15H50, heure de Bruxelles), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre perdait 3,64% à 89,45 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en octobre chutait quant à lui de 3,98%, à 83,42 dollars, glissant sous la barre des 85 dollars le baril pour la première fois depuis janvier.

Pour Craig Erlam, analyste chez Oanda, cette nouvelle chute des prix va permettre de tester l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (Opep+). 

"La question est de savoir pendant combien de temps l'Opep+ va attendre et jusqu'à quel point les prix vont baisser avant que l'alliance ne convoque l'une de ces réunions d'urgence dont elle a parlé ?", s'interroge-t-il.

L'alliance a évoqué, lors de sa dernière réunion, de possibles nouvelles discussions avant la prochaine rencontre du 5 octobre, "pour répondre si nécessaire aux développements du marché".

Réduction du nombre de barils

En début de semaine, les prix du brut avaient été soutenus par l'annonce par l'Opep+ de la réduction de 100.000 barils par jour de leur objectif de production pour octobre.

"La logique derrière la réduction de l'Opep+ était de mettre fin à la récente baisse des prix et de remédier à leur volatilité", explique Stephen Brennock, de PVM Energy. 

Pour le moment, "elle a échoué sur ces deux plans", les acteurs du marché voyant dans cette réduction "un signe clair de la détérioration des perspectives de la demande". 

"Le spectre d'une récession qui pèserait sur la demande dans le monde occidental est en passe de devenir une réalité, car l'inflation galopante et la hausse des taux d'intérêt freinent la consommation", affirme M. Brennock. 

En Chine, les exportations comme les importations ont ralenti en août, "les nouvelles restrictions pour lutter contre le Covid faisant sentir leurs effets et les vagues de chaleur réduisant l'activité des usines", résume Susannah Streeter, analyste pour Hargreaves Lansdown.

"Il va sans dire que ces restrictions auront un effet négatif sur la demande de carburant dans le pays", estime M. Brennock

Plus tôt en séance, les cours du brut étaient brièvement repartis à la hausse, le président russe Vladimir Poutine ayant menacé mercredi de cesser toute livraison d'hydrocarbures en cas de plafonnement des prix, tout en se défendant d'utiliser l'énergie comme une "arme" face à l'Europe qui craint des pénuries.

Sur le marché du gaz naturel, le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du marché européen évoluait à 224,855 euros le mégawattheure (MWh), toujours en baisse malgré les déclarations du président russe.

Sur le même sujet

Pourquoi le chèque mazout est-il en retard? Quand le diesel va-t-il baisser? Les réponses d'Olivier Neiryinck (Brafco)

Prix de l'énergie

Crise énergétique : la Russie s'attend à des exportations de pétrole en hausse cette année

Economie

Articles recommandés pour vous