Icône représentant un article video.

Retraite de Gilbert

Philippe Gilbert, guide d'une génération : "J’ai rempli la plus importante des missions en amenant des jeunes dans notre sport"

Philippe Gilbert, guide d'une génération : "J’ai rempli la plus importante des missions en amenant des jeunes dans notre sport"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 oct. 2022 à 21:54Temps de lecture3 min
Par Jâd El Nakadi

Philippe Gilbert s’apprête à raccrocher son vélo. Après avoir disputé la dernière course cycliste de sa carrière à Paris-Tours, "Phil" va faire ses adieux au cyclisme samedi, lors d’un critérium, "Phil & Friends", à Valkenburg, où il avait été champion du monde en 2012. À la veille de son critérium d’adieu, le coureur de 40 ans a accordé un entretien exclusif à Laurent Bruwier et à la RTBF.

Avec son titre de champion du monde et ses succès dans quatre des cinq Monuments, Philippe Gilbert est rapidement devenu un guide pour une génération. Le coureur n’a d’ailleurs jamais caché son désir de transmission. "Ça a toujours été un but", a d’emblée expliqué Gilbert. Moi-même, j’ai rêvé d’anciens champions. J’ai suivi la génération Bartoli, Bettini, BurghardtRebellin, Vinokourov. Tous ces coureurs-là me faisaient rêver. J’espérais avoir la même influence sur les jeunes. Et là, je m’en suis rendu compte ces derniers jours parce que j’ai eu beaucoup de témoignages de la part de jeunes coureurs qui m’ont dit qu’ils s’étaient mis au vélo grâce à moi, grâce à mes performances. Donc ça me touche vraiment et ça me fait chaud au cœur parce que finalement, j’ai rempli la plus importante des missions en amenant des jeunes dans notre beau sport".

"Evenepoel? La classe à l'état pure"

Parmi les coureurs de la nouvelle génération, un certain Remco Evenepoel : "La classe à l’état pur. Le tempérament. Le champion. Il se relève après sa chute, il gagne de manière phénoménale. C’est vraiment un champion hors norme. Il commence à écrire sa propre histoire, mais il est loin de l’avoir fini".

"De Lie? Au niveau des courses d’un jour, on est assuré d’avoir un coureur de classe mondiale"

"Arnaud De Lie ? Il est abrupt, il a encore un gros potentiel à développer. C’est une force de la nature et il a les pieds sur terre. Il a tous les éléments en main pour réussir et je suis sûr qu’il prendra la relève du côté wallon. Au niveau des courses d’un jour en tout cas, on est assuré d’avoir un coureur de classe mondiale", a poursuivi Gilbert, avant de donner son avis sur un autre prodige du cyclisme belge, Cian Uijtdebroeks. 

"Cian Uijtdebroeks? Gros point d’interrogation sur une carrière éventuelle"

"Je ne le connais pas vraiment, mais j’ai suivi ses résultats. Il est talentueux sur les montées mais il a des grosses lacunes quand il faut rouler en peloton, donc ça donne un gros point d’interrogation sur une carrière éventuelle. Mais il a un talent intrinsèque".

"Je ne sais pas si c’est moi qui les ai poussés à se dépasser mais si c’est le cas, j’en suis très heureux. C’est bien d’avoir pu inspirer des jeunes, surtout des jeunes talents belges. Donc oui, si c’est le cas, j’en suis fier", a conclu Philippe Gilbert.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous