RTBFPasser au contenu
Rechercher

Philippe Goffin, ministre des Affaires étrangères au sujet des pays en rouge : "Je comprends l'inconfort" des vacanciers belges

Philippe Goffin, ministre MR des Affaires étrangères.
04 août 2020 à 06:39 - mise à jour 04 août 2020 à 07:05Temps de lecture4 min
Par RTBF

Pourquoi et comment les autorités belges ont décidé d’interdire les voyages dans plusieurs cantons suisses : le Vaud, le Valais et Genève ? Ces trois zones situées autour du Lac Léman ont été placées en rouge, par le Celeval (Cellule Evaluation), ce groupe d’experts qui sur base des chiffres communiqués par les pays européens, va considérer qu’un pays est vert, orange ou rouge.

Ce ne sont pas les seules zones concernées en Europe. Il y a également, entre autres, Barcelone, la Lituanie, la Mayenne en France, Leicester en Grande-Bretagne. Depuis, les annulations des vacanciers belges s’enchaînent. Philippe Goffin (MR), ministre des Affaires étrangères, invité de Matin Première réagit : "Je comprends l’inconfort" des vacanciers belges qui ont réservé leurs vacances parfois depuis "l’automne dernier".

Cela faisait partie des risques connus

Mais "on (les autorités belges) a dit" pendant les phases de déconfinement que "la période estivale serait une période incertaine et que malheureusement les situations pourraient évoluer soit en bien soit en mal". Le ministre dit comprendre les vacanciers "dans leur voiture", qui au dernier moment doivent faire demi-tour après avoir entendu à la radio que leur lieu de villégiature est placé en rouge. "Cela faisait partie des risques connus", insiste le ministre.

Et pour le mois d’août, "c’est exactement la même chose. Il y a des zones qui vont passer en rouge, d’autres pas". Pour le ministre, il faut "protéger la population du retour du virus". Il admet une "certaine sévérité" et que cela peut "dans certains cas provoquer de la frustration".

Le Celeval est un organisme indépendant

Il rappelle toutefois que le Celeval est "un organisme indépendant" composé de Sciensano, de scientifiques, de virologues qui se réunit "régulièrement pour analyser la situation des pays" ou des régions et émettre des codes couleur que les autorités politiques répercutent. "Je n’ai pas la compétence, je suis juriste, je ne suis pas scientifique, pas virologue."


►►► A lire aussi: Coronavirus en France, Espagne et Angleterre : ces zones en rouge et orange sont-elles justifiées ?


Ces codes sont attribués sur base de plusieurs critères. "Le taux de contamination sur les 15 derniers jours", les capacités de testing dans le pays concerné et "le troisième élément que le Celeval intègre dans sa réflexion", ce sont les "mesures sanitaires dans les pays concernés". Exemple en Suisse : "Certains se sont étonnés de l’élargissement au Valais et au Vaud de la situation à Genève." Raison, explique Philippe Goffin : "Les boîtes de nuit restent ouvertes."

"Il ne nous appartient pas ici de porter un jugement de valeur sur les critères retenus par tel ou tel pays", insiste le ministre. "Mais à la lumière de ce que nous faisons ici, il est normal que l’on intègre aussi les mesures sanitaires dans les pays qui sont visités."

Harmonisation européenne : le ministre est pour

Le ministre Goffin a eu lundi un contact avec son homologue suisse. "On a convenu que les cantons pouvaient envoyer des éléments complémentaires d’informations" que la Belgique transmettre ensuite au Celeval. "Et après, c’est le Celeval qui prend sa décision. Le Celeval en fera ce qu’il veut."

Mais quid d’une harmonisation européenne des critères d’attribution des codes couleur ? "Je suis tout à fait d’accord". Mais, "c’est difficile d’harmoniser" parce que les politiques sanitaires sont "des politiques nationales". "Il y a bien sûr des contacts européens pour que ce soit plus harmonieux", dit le ministre. Il rappelle la décision commune d’ouvrir les frontières dans l’Union européenne au 15 juin. "La coordination a fonctionné."

Pour la réouverture des frontières hors Europe, là, faculté a été laissée aux pays de l’Union par rapport à la quinzaine de pays concernés par cette réouverture. "Il appartient à chaque état de voir si cette ouverture va être rendue possible".

Georges-Louis Bouchez s’est montré à chaque fois très constructif, disponible

Concernant la situation politique belge et la décision des deux préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) de rencontrer les représentants d’Ecolo/Groen, Philippe Goffin déclare que "le MR est disponible. Georges-Louis Bouchez s’est montré chaque fois très constructif, disponible…" Le MR a mis deux exclusives claires, rappelle Philippe Goffin : "l’extrême gauche et l’extrême droite". "Mais au-delà de ça, nous nous sommes montrés disponibles avec la force de persuasion de Georges-Louis Bouchez, son enthousiasme, sa jeunesse."

"Ne comptez pas sur moi pour un commentaire négatif", au sujet de la rencontre des préformateurs avec les Verts. Philippe Goffin rappelle toutefois le cadre européen dans lequel la Belgique doit se placer. "Les autres pays européens ne vont pas nous attendre", quant à la mise en place d’un plan de relance économique. Il faut donc "rapidement" un gouvernement fédéral.

Philippe Goffin ne veut pas que la famille libérale, MR et Open Vld soit écartée du jeu. Récemment, le président des nationalistes flamands, Bart De Wever, a affirmé à la chaîne flamande VTM que "personne n’est encore partisan du MR au gouvernement". Philippe Goffin trouve cependant normal que "les deux partis qui sont premiers dans leur région […] puissent se retrouver autour d’une même table. Nous aurons besoin de cette majorité forte vu les défis qui nous attendent et ils seront importants."

Articles recommandés pour vous