RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Philippe Montanier : "Même en France, on connaît la rivalité entre Charleroi et le Standard"

Après les barrages européens, un choc wallon pour Charleroi et le Standard
04 oct. 2020 à 06:00Temps de lecture3 min
Par Pierre Capart

C'est avec un moral gonflé à bloc que le Standard se déplace, ce dimanche, à Charleroi pour un choc wallon post-européen. Grâce à leur victoire (3-1) face aux Hongrois de Fehervar, synonyme de qualification pour les poules de l’Europa League, les Liégeois ont déjà atteint un premier objectif cette saison. A l’inverse, le Sporting a pour sa part subi une élimination cruelle après s’être incliné (1-2) face à Lech Poznan. Avantage psychologique donc pour l'équipe de Sclessin qui pourrait, en cas de victoire, revenir à 2 pts du leader carolo. Soulagé et heureux après la qualification européenne, Philippe Montanier, l’entraîneur du Standard préfère toutefois rester prudent avant ce déplacement en terre hennuyère : " On sait que nos amis de Charleroi ont été éliminés en Europa League mais ce n’était pas mérité. Le Sporting aurait logiquement pu prétendre à une qualification. Cette équipe, qui performe en ce début de saison, aura donc à cœur de se racheter. Charleroi est presque imbattable et je suis sûr qu’après la défaite injuste concédée face à Poznan, notre adversaire sera très motivé ce dimanche. Surtout face au Standard. A nous d’être à la hauteur de ce match ".

Respect pour Charleroi

Philippe Montanier ce cache pas son admiration quand il évoque les prestations réalisées par le Sporting de Charleroi. " Cette équipe m’impressionne et d'ailleurs pas que moi. Elle mérite le respect et je peux vous dire que tout le monde en Belgique craint désormais Charleroi. Tous les observateurs vous diront la même chose. Charleroi réalise un début de championnat tonitruant. C’est un bloc solide, compact, avec une grande stabilité défensive, presque sans failles. A nous d’essayer de percer cette cuirasse !... "

Un parfum européen

Ce match à Charleroi s’annonce donc délicat pour le Standard. Selon Philippe Montanier, cette confrontation a même une saveur européenne : " Au risque de me répéter, Charleroi ne cesse d’impressionner. C’est une équipe que personne n’a encore réussi à battre en championnat. Après Fehervar, jeudi soir, on continue notre tour d’Europe parce que selon moi, Charleroi est une équipe de niveau européen. Et après, il y aura le Club de Bruges, qui, forcément possède aussi le niveau européen. Le calendrier nous offre donc l’opportunité de nous préparer aux poules de l’Europa League. Une chose est sûre, nous devrons rester concentrés, jouer juste techniquement même élever notre niveau de jeu par rapport à notre première mi-temps de jeudi. Il faudra cette fois livrer un match complet, du début à la fin sinon nous serons en difficultés ".

Choc wallon

Même s’il est en Belgique depuis peu, Philippe Montanier sait toutefois ce que représente un choc wallon pour les supporters….  " Tous les derbys sont particuliers mais le duel entre le Standard et Charleroi n’est pas une rencontre comme les autres. On m'en a beaucoup parlé. Je sais qu’il y a deux matches qui ne laissent aucun supporter du Standard indifférent, c’est contre Anderlecht et contre Charleroi. Je peux vous dire que même en France, on connaît la rivalité entre le Standard et Charleroi. Ce genre de match, on le joue forcément pour le club et pour le classement mais on le joue avant tout pour nos supporters ".

Match des retrouvailles

Lors de ce derby wallon, Philippe Montanier retrouvera deux vieilles connaissances. Deux joueurs de l’équipe de Charleroi ont en effet évolué en France sous la houlette du coach du Standard… " J’ai connu Nicola Penneteau à ses débuts quand il avait à peine 20 ans. Et puis, je l’ai encore entraîné à Valenciennes. Un excellent gardien qui, comme le bon vin, se bonifie avec l’âge. Un joueur que j’apprécie énormément. Et il n’est pas le seul, puisque j’ai aussi entraîné Guillaume Gillet au Racing de Lens. Un garçon pour qui j’ai également beaucoup d’admiration. Sa condition physique est toujours irréprochable. Chapeau pour ce qu’il réalise encore à son âge. Je ne sais pas comment vous faites en Belgique. C’est peut-être les frites ou bien le chocolat ? (rires.)…En tout cas, je préférerais le voir sur le banc ce dimanche plutôt que sur le terrain".

 

 

 

 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous