Week-end Première

Philo - Pourquoi parlons-nous autant du temps qu’il fait ?

19 avr. 2022 à 10:04Temps de lecture2 min
Par RTBF La Première/Matthieu Peltier

Pour le philosophe Matthieu Peltier, il n'existe aucun sujet qui ne soit pas digne de philosophie, c'est-à-dire digne d'une prise de recul sur le sens de ce que nous faisons et de ce que nous disons. Si nous aimons tous tellement parler de la météo, c'est qu'il doit bien y avoir un sens à cette discussion ritualisée, que l'on répète inlassablement avec nos voisins, le chauffeur de taxi ou à la boulangerie ! Pourquoi cet attrait généralisé pour l'échange sur le temps qu'il fait ?

C'est peut-être, comme le dit Roland Barthes, pour créer du lien. Parce que créer du lien, ça commence par parler pour ne rien dire, du moins en apparence. C'est ce que les linguistes appellent la fonction phatique du langage. C'est une fonction qui sert à conserver le contact avec notre interlocuteur. C'est vraiment notre monde commun qu'on met en place lorsque l'on parle de la météo et du temps qu'il fait. 

En fait, se retrouver seul avec une personne inconnue est un véritable défi de communication. La fonction phatique nous permet en quelque sorte de dire à l'autre : tu es là, je te considère, je m'ouvre à toi et je crée avec toi du lien.

C'est un peu comme la locution 'allô' que l'on dit au téléphone. En soi, dire allô ne signifie rien. C'est un mot dont l'utilité principale est la fonction phatique, c'est-à-dire de créer la communication. Dire allô, c'est dire : je suis là, je te prête attention, je t'écoute.

Notre condition atmosphérique

La météo est quelque chose que tout le monde partage. C'est ce que le philosophe allemand Peter Sloterdijk appelle 'notre condition atmosphérique'. Nous la partageons avec tous les gens qui sont sous le même ciel que nous, quels que soient nos âges, nos sexes, nos idées, notre niveau socioculturel.

La météo, c'est notre vécu commun.

Et c'est une notion bien différente de la notion de climat. Le climat est un concept, ce n'est pas un vécu. C'est d'ailleurs problématique dans l'optique de la lutte contre le réchauffement climatique. Parce que l'évolution du climat s'approche par des chiffres, par des courbes, par des statistiques, mais pas par un vécu qu'on aurait en pointant notre nez dehors.

Le climat on peut le prévoir, la météo beaucoup moins. La météo, c'est un événement relativement incertain. A quelques jours près, le climat est une loterie à laquelle nous jouons avec toute notre communauté. Et comme le résultat de cette loterie est toujours incertain, cela devient un sujet de conversation. On commente ainsi le cours incertain de notre monde commun et on partage avec l'autre les conséquences communes des résultats de cette loterie.

Le temps est incertain

Selon Anouchka Vasak, l'auteure de Météorologies. Discours sur le ciel et le climat, des Lumières au romantisme, et co-animatrice du réseau Perception du Climat (EHESS)il y a un lien entre la météo et la notion d'incertitude. Le dictionnaire donne d'ailleurs comme exemple de phrase pour le mot 'incertain' : le temps est incertain.

La météo révèle en fait la part d'incertitude dans l'homme. On peut considérer la météorologie, appelée aussi science des météores, comme un modèle pour penser le mouvement et le temps qui passe.

Nul doute que nous n'échangerons plus autour de la météo de la même manière, maintenant que nous avons pris conscience de l'énorme enjeu de ces discussions !

Pourquoi parlons-nous autant de la météo ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

[Philo] Si les extraterrestres existaient, qu’est-ce que ça changerait pour nous ?

Week-end Première

[Philo] Faut-il détester le développement personnel ?

Week-end Première

Articles recommandés pour vous