Bundesliga - Football

Philosophie 'old school', aucune fausse note : la renaissance de Thomas Meunier à Dortmund

27 janv. 2022 à 10:00Temps de lecture2 min
Par Maxime Berger avec Pierre Deprez

Un entretien avec Thomas Meunier, c'est toujours un bon moment. D'autant que le Diable Rouge de 30 ans a le vent en poupe au Borussia Dortmund, son club dans le championnat allemand de football. L'actuel deuxième de Bundesliga est entrainé par Marco Rose depuis le début de la saison.

"Un nouveau coach avec une nouvelle philosophie qui me plait énormément. Un peu plus 'old school', très discipliné. Ca me convient, comme j’ai pu connaitre avec Michel Preud'homme au FC Bruges. Du sérieux... quand ça travaille, ça travaille. J’ai besoin d’une certaine discipline pour pouvoir m’épanouir, c’est ce qui se passe avec le nouveau staff. Je pense que je ne suis pas le seul à apprécier dans le groupe. Les résultats peuvent être encore meilleurs, mais on est bien loin de ce qui se passait l’année passée. Pour moi, il n’y a que du positif. En 2022, on a joué le troisième et le quatrième... en prenant 9 points sur 9", a précisé l'ancien du PSG.

Et de poursuivre : "Un coach paternel, c’est ce que je déteste. J’ai eu beaucoup d’influence de mes grands-parents dans mon éducation. C’est l’ancienne école, on ne répète pas cent fois la même chose. Je préfère des entraineurs qui ne jouent pas les psychologues. On peut allier plaisir et travail bien sûr, mais j’aime bien quand c’est un peu autoritaire. Roberto Martinez ? C’est un bon mix. C’est une personne ouverte, mais à partir du moment où tu montes sur le terrain, il n’y a plus que le travail."

L'occasion aussi de revenir avec le défenseur belge sur son passé récent. "Tu vas à Bruges, tout te réussit. Tu vas au PSG, tout te réussit aussi, même si les six derniers mois étaient plus ambigus car j’étais en fin de contrat. José Mourinho me voulait à Tottenham, on se parlait sur WhatsApp. On a aussi discuté avec l’Atletico Madrid, la Juventus ou l’Inter, mais je choisis Dortmund. Quand j’arrive ici, je me dis que je recommence à zéro. Finalement, je suis sur le terrain sans vraiment être là. J'ai évidemment eu des doutes. On se pose beaucoup de questions. C’était un peu compliqué pour s’épanouir, autant sur le terrain qu’en dehors. Du jour au lendemain, la pièce est tombée et l’épanouissement est maintenant total. Il n’y a aucune fausse note", a souri le Diable Rouge.

Un Diable Rouge qui compte quatre passes décisives et deux buts. "J’ai commencé à marquer de la tête. Ca veut bien dire qu’il y a quelque chose qui va vraiment bien (sourires). J’ai mis un doublé de la tête contre Fribourg, c’était mon premier et mon deuxième but de la tête de toute ma carrière. C’était exceptionnel, on peut peut-être parler de miracle. C’est le premier staff technique qui me fait confiance pour apporter du danger sur les phases arrêtées et non pour rester dernier homme. Les déplacements, les blocs et les combinaisons : tout ça est travaillé", a aussi ajouté Thomas Meunier, sous contrat à Dortmund jusqu'en juin 2024.

Loading...

Articles recommandés pour vous