Pic d'ozone: êtes-vous une "personne sensible"? Que risquez-vous?

Un graphique qui montre que les grandes villes sont moins impactées par l'ozone et que la Flandre subit des pics plus importants.

© © Tous droits réservés

26 juil. 2018 à 15:03 - mise à jour 26 juil. 2018 à 15:26Temps de lecture4 min
Par Jean-Claude Verset

Selon la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine), qui traite prioritairement les questions touchant la qualité de l'air, les concentrations d'ozone étaient ncore plus élevées ce jeudi que la veille. Et ce vendredi ne se présente guère mieux. Les appels à la prudence sont nombreux à l’égard des "personnes sensibles à l’ozone". Mais qui sont-elles et que risquent-elles?

De hautes concentrations d'ozone sont encore attendues vendredi, en raison des températures caniculaires et du soleil qui brillera sur la Belgique, indique la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine). Le seuil d'information européen de 180 microgrammes par mètre cube d'air (µg/m³) risque d'être dépassé sur une grande partie du pays.

Hier/jeudi, la crainte était grande que le seuil d'alerte européen (240 µg/m³) ne soit dépassé mais cela n'a finalement pas été le cas. Le seuil d'information a toutefois été dépassé dans 20 stations de mesure.

Qui sont les "personnes sensibles"?

Selon le site de Celine, les effets néfastes sur la santé frappent prioritairement les personnes âgées ou souffrantes d'insuffisances immunitaires, cardiaques ou respiratoires. Et cela concerne également les  enfants. 

Nathalie Bossuyt de Sciensano (ancien institut scientifique de la Santé publique) évoque pour sa part 5 profils à risques: les personnes avec de maladies chroniques respiratoires ou cardiovasculaires, les enfants en bas âge, les personnes de  plus de 65 ans et enfin celle qui accomplissent des efforts intenses dans le cadre de leur travail ou d’une activité sportive en extérieur.

L’Ozone c’est quoi ?

L’ozone se résume en une formule chimique, O3, dont l’origine grecque signifie "sentir". Une odeur que l’on peut identifier après un orage à forte activité électrique. Ou dans un local où fonctionne une imprimante laser d’ancienne génération.

Bon et mauvais ozone

Il existe deux sortes d’ozone. Le "bon" ozone, présent dans la haute atmosphère, protège la Terre des rayonnements solaires UV. Il est donc utile à l’humanité, et le " trou d’ozone " est plutôt une mauvaise nouvelle.

 Le "mauvais" ozone se rencontre, lui,  dans les basses couches de l’atmosphère et se forme sous l’action de ce rayonnement solaire lorsqu’il fait chaud. C’est en respirant ce dernier que nous courons le risque de connaître des difficultés respiratoires.

"L'ozone est un gaz très agressif.  Il endommage les muqueuses et pénètre profondément dans les poumons, où il provoque des phénomènes inflammatoires locaux. De plus, l'ozone rend les voies respiratoires plus sensibles aux allergènes, ce qui peut entraîner des crises d'asthme." précise Nathalie Bossuyt.

Que risque-t-on en pratique ?

Le site de Celine publie la liste des conséquences de l’ozone sur le corps humain en fonction de sa concentration dans l’air.

Les effets négatifs sur l’organisme commencent avec une concentration maximale sur 1 heure de 180 -240  microgrammes/m³. Ce jeudi, la concentration de 180 microgrammes était pratiquement atteinte en Wallonie et à Bruxelles, et atteinte en Flandre.

A ce niveau, peuvent apparaître une diminution des fonctions respiratoires de moins de 5% en moyenne, (moins de 10% chez les personnes sensibles).  S’ajoutent "une éventuelle irritation des yeux, du nez et de la gorge, même sans effort physique. Peuvent aussi se présenter des effets au niveau des voies respiratoires tels que la toux, des douleurs au niveau de la poitrine et de l’asthme chez les personnes sensibles. Et enfin un accroissement de ces symptômes chez les personnes victimes de problèmes respiratoires chroniques."  

En cas de concentration maximale d’ozone sur une heure, supérieure à  360 microgrammes/m³ (un niveau extrême), Celine parle de réactions sévères comme la diminution des fonctions respiratoire d’au moins 15% en moyenne, et d’au moins 30 % chez les personnes sensibles. On constate aussi des effets sévères au niveau des voies respiratoires tels que toux persistante, des douleurs au niveau de la poitrine et de l’asthme. Avec " des sensations possibles de malaise ou d’étouffement, des maux de tête, des nausées et des vertiges chez les personnes sensibles

Et enfin, une forte augmentation -en fréquence et en gravité- des symptômes chez les personnes victimes de problèmes respiratoires chroniques

Horaire à éviter: de 12 à 20 heures

Faut-il le préciser, il est prudent de limiter les efforts physiques en extérieur (comme le Jogging) pendant la période qui s’étend de midi jusqu’en début de soirée. En général, de 12 à 20 heures.

Si les concentrations se situent au-delà de 180 microgrammes/m³, cette recommandation concerne principalement les enfants et les personnes sujettes à des difficultés respiratoires. Si le seuil de 240 µg/m³ est dépassé, la limitation des efforts physiques s’applique à l’ensemble de la population.

Quelques idées reçues: vrai ou pas vrai ?

-L’ozone est davantage présent en ville. 

Vrai. l’ozone n’est pas directement lié à la pollution. Pour des raisons chimiques, l’ozone est détruit par les oxydes d’azote et les composés organiques volatiles, plus fréquents dans les villes, du fait de la pollution automobile.

-L’Ozne n’est présent qu’a l’extérieur.

Faux. Il est produit à l’extérieur, mais peut entrer dans les demeures. De là l’importance de bien ventiler des espaces où se trouvent d’anciens photocopieurs émetteurs d’ozone.

-Le caoutchouc et les plastiques sont attaqués par l’ozone.

Vrai. Ce qui explique leur "vieillissement" apparent lorsqu’ils restent à l’extérieur.

-L’ozone réduit le rendement des cultures.

Vrai.  Selon la Cellule interrégionale de l’Environnement, cette réduction est de l’ordre de 5% durant les étés normaux, mais peut atteindre jusqu’à 20% lors des été chauds comme ce millésime 2018. Et cela réduit, aussi la biodiversité dans les forêts.

Pour suivre la concentration d’ozone moyenne en temps réel, visitez le site de la Cellule interrégionale de l’Environnement.

 

 

Canicule : attention à l'ozone

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Fortes concentrations d'ozone lundi et mardi, le seuil d'information européen risque d'être dépassé

Belgique