QR

Pieter Timmermans : « Si on ne fait rien, il y aura un saut d’index d’ici 2 à 3 ans »

Pieter Timmermans : « Si on ne fait rien, il y aura un saut d’index d’ici 2 à 3 ans »

© RTBF

09 déc. 2021 à 00:56Temps de lecture2 min
Par Maud Wilquin

En novembre 2022, l’indice des prix à la consommation augmentait de 5,6%, soit 4,1% de plus qu’au mois d’octobre. Pour certains ménages, cette augmentation due à l’inflation des prix de l’énergie, les aliments ou encore de l’eau est intenable.

Ce mercredi, l’administrateur délégué de la fédération des entreprises de Belgique, Pieter Timmermans annonçait sur le plateau de "QR le débat" être contre le saut d’index, soit la neutralisation temporaire des régimes sectoriels d’indexation des salaires actuels à concurrence de 2%. "Il vaut mieux prévenir que guérir", a-t-il affirmé. "Je demande qu’on évite de se trouver de nouveau dos au mur. Parce que, pour moi la mesure du saut d’index est la mesure la plus asociale aujourd’hui. Et ce qui est encore plus asocial, c’est de ne rien faire puisque cela voudrait dire que nous serions confrontés à ce saut d’index obligatoire d’ici deux à trois ans", reprend-t-il. "C’était toujours comme ça dans le passé : on nie le problème puis on prend des mesures. La banque nationale a fait des études à la demande du précédent gouvernement Di Rupo en 2013. Pour éviter le saut d’index, ils ont mis sur la table 7 idées qui n’ont jamais été débattues. Mais si on ne fait rien, on se retrouvera inévitablement d’avec un saut d’index d’ici 2 à trois ans."

Pieter Timmermans prévoit un saut d'index d'ici deux à trois ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Il n’y aura ni de saut d’index cette année, ni cette année, ni l’année d’après", répond immédiatement Karine Lalieux, ministre en charge des Pensions, de l’Intégration sociale et de la Lutte contre la Pauvreté. "Je ne sais pas si Mr. Timmermans a une boule de crista, l mais en tout cas il n’y aura pas de saut d’index dans ce gouvernement", indique-t-elle avant de reprendre : "Pourquoi est-ce que cela risquerait-il d’être évitable ? Dit-on aujourd’hui que la Belgique est un pays pauvre ? Non. Y a-t-il aujourd’hui des problèmes dans la répartition de la fiscalité ? Oui. Allons-nous faire une réforme fiscale avec le Ministre pour avoir une fiscalité plus juste et pas une fiscalité sur le travail ? Oui, il faut diminuer la fiscalité sur le travail. Fait-on le choix politique de faire des travailleurs pauvres, d’avoir une loi 96 – et vous savez qu’on est contre sa modification - ? Aujourd’hui il n’y a plus de possibilité de négociation de la norme salariale. Il y a des secteurs dans lesquels il y a des travailleurs pauvres qui diminuent la possibilité de croissance économique. N’êtes-vous pas comme nous, Mr. Timmermans, à vouloir le bien-être de la population ? Pour cela, il faut de l’emploi. Nous investissons aussi dans les investissements publics pour avancer. Il faut trouver un équilibre dans cette société pour que les gens puissent vivre dignement."

Karine Lalieux : il n y aura pas d'index dans les deux prochaines années

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

De son côté, Marie-Hélène Ska, secrétaire générale du syndicat chrétien CSC, confirme qu’un saut d’index est "impossible" et évoque un manque de solidarité entre les entreprises : "Certaines entreprises sont en difficulté avec l’inflation, mais pas toutes. Beaucoup d’entre elles peuvent répercuter la hausse des prix sur le consommateur final. Si on peut innover un peu, on peut aussi imaginer des mécanismes de solidarité entre entreprises. Aujourd’hui, l’une des grosses difficultés que nous avons est qu’il n’y a aucune solidarité possible dans le monde de l’entreprise."

Marie-Hélène Ska : "il manque de solidarité entre les entreprises"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous