Journal du classique

Placido Domingo s’excuse auprès de "tous les travailleurs des Arènes de Vérone", suite à sa piètre performance de chef d'orchestre

Placido Domingo

© © JOEL SAGET / AFP or licensors

07 sept. 2022 à 10:56Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

Après les représentations de Turandot qu’il a dirigées à la fin août aux Arènes de Vérone et qui ont été qualifiées par de nombreux membres de l’orchestre comme "des plus humiliantes pour tout le secteur artistique", Placido Domingo s’est excusé dans une lettre adressée au maire de Vérone et à la directrice du Festival.

Décidément, le ténor espagnol de 81 ans n’en finit pas de faire parler de lui, et pas en bien. Après que Placido Domingo a été accusé de harcèlement sexuel - faits qu’il a finalement reconnus suite aux preuves données par les diverses enquêtes menées à ce sujet et qui le rendent persona non grata aux Etats-Unis -, alors que son nom vient d’apparaître dans une enquête de trafic sexuel en Argentine, c’est pour un fait purement musical qu’il fait à nouveau parler de lui.

Il y a quelques jours, Placido Domingo dirigeait l’opéra Turandot de Puccini au cœur des prestigieuses Arènes de Vérone. Un opéra difficile, demandant de la rigueur, une concentration extrême tant au niveau du chef d’orchestre que de l’orchestre, et nécessitant une préparation et des répétitions en amont des plus soutenues. Et la performance de Placido Domingo lors de ces représentations n’est pas passée inaperçue. Une piètre performance qui a suscité une vive protestation au sein de l’orchestre des Arènes de Vérone, qui l’a fait savoir par la voix de leur syndicat dans une lettre adressée à la Fondazione Arena di Verona, qui se charge du festival.

Ils y dénoncent des "répétitions embarrassantes" qui, déjà, laissaient percevoir que, selon les musiciens et techniciens de l’orchestre, ainsi qu’aux artistes du chœur, "Placido Domingo n’était pas à la hauteur de sa réputation et de la tâche que lui avait confiée la Fondazione Arena di Verona". Le syndicat ajoute que l’ensemble des travailleurs des Arènes se sont sentis "livrés à eux-mêmes" durant ces deux représentations. Et d’ajouter "le résultat des deux soirées a été très mauvais et seul le professionnalisme du personnel artistique et technique de la Fondazione Arena a permis à l’événement de ne pas se transformer en un gigantesque échec." La réaction de l’orchestre ne s’est pas fait attention puisque lors des applaudissements, l’orchestre a refusé de se lever à l’invitation de Placido Domingo, traditionnel geste du chef d’orchestre à la fin d’une représentation.

Face à ces critiques, Placido Domingo a tenu à s’exprimer et à s’excuser, dans une lettre adressée au maire de Vérone et à Cecilia Gasdia, directrice du Festival des Arènes de Vérone. Le magazine espagnol Scherzo a révélé quelques passages de cette lettre, dans laquelle Placido Domingo reconnaît que "le niveau de ma performance artistique n’est pas à la hauteur de mes attentes ou des vôtres", et d’ajouter : "Je n’ai pas d’excuses. Je reconnais que pendant ces représentations, je me suis surmené. Pour être sur scène et surtout sur le podium, la concentration est fondamentale. J’ai cru jusqu’au bout que l’énergie positive de l’arène pleine et de tous les travailleurs me donnerait la force d’aller de l’avant avec ces performances dans lesquelles j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même pour le public, même si j’avais voyagé de loin. Le gala a été spécialement créé pour moi et c’est pour cette raison que je m’excuse auprès de tous les travailleurs des Arènes."

Dans sa lettre, Domingo revient aussi sur le refus des musiciens de l’orchestre de se lever et de saluer lors des applaudissements. Un "geste" qui a profondément blessé le chef d’orchestre mais qu’il dit comprendre. Enfin, il termine sa lettre en espérant pouvoir revenir l’année prochaine pour le Festival, qui fêtera son centenaire.

Sur le même sujet

Un nouveau scandale pour Placido Domingo ? Il serait lié à une enquête de trafic sexuel en Argentine

Journal du classique

Premières annulations de concerts de Plácido Domingo en Espagne

Journal du classique

Articles recommandés pour vous