RTBFPasser au contenu
Rechercher

Environnement

Planter des arbres pour atteindre la neutralité carbone ? Pas si simple, préviennent des spécialistes environnement

Planter des arbres pour atteindre la neutralité carbone ? Pas si simple, préviennent des spécialistes environnement.
02 févr. 2022 à 18:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Une recherche réalisée dans une région montagneuse d'Angleterre démontre que la reforestation est insuffisante pour pallier les pressions climatiques auxquelles les forêts sont confrontées.

Une gestion éclairée du bétail et un emplacement stratégique pour la plantation des arbres pourraient toutefois limiter les pertes, estime l'étude.

Le bétail entrave l'expansion des forêts pluviales tempérées

Le Royaume-Uni, tout comme la Chine, l'Arabie saoudite, le Japon ou la Corée du Sud, se sont donné pour objectif d'atteindre la neutralité carbone dans les décennies à venir. Autrement dit, ces pays ambitionnent de stocker autant de carbone qu'ils en émettent. Un dessein ambitieux dont la principale stratégie repose sur des financements de vastes projets de création de puits de carbone, comme le fait de planter des arbres

Indispensables dans la lutte contre le changement climatique, les forêts représentent en effet (avec les océans) l'un des plus puissants puits de carbone au monde. La solution semble donc simple et à portée de main. Mais c'est en réalité beaucoup plus compliqué, comme l'ont déjà souligné plusieurs spécialistes de l'environnement. 

Une récente recherche réalisée par des chercheurs britanniques de l'université de Plymouth (Angleterre) le démontre à travers un exemple concret. L'étude s'est concentrée sur la région montagneuse de Dartmoor, située dans le sud-ouest du pays. Les chercheurs ont observé l'expansion et la connexion des forêts de chênes, communément appelées "forêts pluviales tempérées".

Les travaux ont révélé que la présence du bétail qui broute la végétation environnante entrave la croissance des jeunes chênes.

Ceux qui subsistent sont moins hauts et avec une espérance de vie n'excédant généralement pas les huit ans s'ils ne bénéficient pas de protection. 

Insuffisant pour contrer les effets du réchauffement climatique

Au global, l'étude a estimé que la régénération naturelle des jeunes plants de chêne sur plusieurs sites du Dartmoor était limitée à 20 mètres de l'arbre adulte le plus proche.

Selon les chercheurs, ce niveau d'expansion naturelle est insuffisant pour contribuer de manière adéquate au stockage du carbone, à l'atténuation des inondations et à l'apport de biodiversité nécessaire à ces paysages montagneux. 

La plantation d'arbres et la fin de la déforestation sont de plus en plus mises en avant comme des mécanismes peu coûteux et respectueux de l'environnement pour lutter contre le changement climatique.

"Ces mesures ont été prises en compte dans les programmes 'net-zéro' du Royaume-Uni et d'autres gouvernements et les dirigeants mondiaux se sont également engagés à aborder cette question lors de la COP26 à Glasgow l'année dernière", développe le Dr Thomas Murphy, auteur principal de l'étude.

La reforestation doit être accompagnée et raisonnée

"Nos résultats suggèrent toutefois que l'expansion des forêts de chênes dans les systèmes de pâturage des hautes terres du Royaume-Uni n'est pas un processus simple. Ils peuvent avoir un rôle critique à jouer mais ces importantes forêts pluviales tempérées ont été historiquement dégradées et sont maintenant très fragmentées", poursuit le chercheur. 

L'étude suggère toutefois quelques pistes pour une gestion raisonnée de ces forêts pluviales tempérées. Parmi les solutions mentionnées, planter des chênes âgés entre 4 et 7 ans directement dans des zones où la végétation est dense, afin de protéger les jeunes plants de l'action du bétail. Ou encore exclure le bétail sur les sites où les jeunes chênes (1-3 ans) se développent, afin d'augmenter leur croissance et leur survie.

Sur le même sujet

Forêts urbaines : des puits de carbone précieux à mieux préserver

Biodiversité

1800 milliards de dollars de subventions annuelles contribuent à la destruction de la planète

Ecologie

Articles recommandés pour vous