Santé & Bien-être

Plus de 200.000 Belges atteints de démence, mais il n'y a pas qu'Alzheimer

21 sept. 2022 à 06:15 - mise à jour 21 sept. 2022 à 10:59Temps de lecture3 min
Par Johanne Montay

C’est "dément". L’adjectif est galvaudé, entre exaltation (au sens de "formidable", "extraordinaire"), folie douce ("extravagant", "déraisonnable") et dégénérescence cérébrale ("aliéné", "fou"). Le mot "démence" fait peur. Un proche n’a "plus toute sa tête", préfère-t-on dire pudiquement, au lieu de nommer la maladie : la démence.

Parfois, avec moins de pudeur, le diagnostic est lâché : "Elle a la maladie d’Alzheimer". Il ne s’agit là que d’une forme parmi d’autres de démence, mais c’est, il est vrai, la forme la plus courante. Cette maladie serait à l’origine de 60 à 70% des cas.

De façon générale, la démence se caractérise comme un syndrome où la fonction cognitive (la capacité d’effectuer des opérations de pensée) est altérée. Cela peut toucher tous les aspects de la vie quotidienne, comme la mémoire, le raisonnement, l’orientation… le langage, et cela s’accompagne parfois de troubles du contrôle émotionnel ou du comportement social.

Elle court, elle court, la démence

Priorité de santé publique pour l’Organisation mondiale de la Santé, la démence touche 50 millions de personnes dans le monde et chaque année, on dénombre près de 10 millions de nouveaux cas. D’ici 2030, l’OMS estime que le nombre total de personnes atteintes de démence devrait atteindre 82 millions ; 152, même, d’ici 2050. Cette augmentation est due en grande partie à la croissance du nombre de cas dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Une maladie de plus en plus précoce

Il ne s’agit pas d’une simple conséquence inéluctable du vieillissement, même si l’âge est le plus grand facteur de risque connu. La maladie ne touche d’ailleurs pas que les personnes âgées. De plus en plus de personnes développent une démence dite "précoce", c’est-à-dire des premiers symptômes avant l’âge de 65 ans. Elles sont aujourd’hui 9%.

200.000 Belges

Toutes les quatre secondes, une personne dans le monde se voit diagnostiquer une démence. En Belgique, le nombre de personnes atteintes de démence dépasse 200.000 cas depuis 2020. Mais au-delà des patients, la maladie impacte bien plus de monde : la famille et les proches sont mis à contribution pour s’occuper des malades, qui vivent dans 70% des cas à domicile.

Plus de femmes que d’hommes

Les femmes âgées présentent actuellement un risque 50% plus important que les hommes de développer une démence, et en particulier une maladie d’Alzheimer. Cette inégalité s’explique par certains facteurs de risques accrus chez la femme, après la ménopause, comme les maladies cardiovasculaires (dont les AVC). La reconnaissance des symptômes d’accidents cardiovasculaire et leur prise en charge sont également moins bonnes chez la femme.

D’autres facteurs sont avancés, comme une longévité supérieure chez la femme, pour une maladie dont le risque augmente avec l’âge. Mais certains facteurs génétiques sont aussi évoqués.

Par ailleurs, des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Paris, en collaboration avec l’University College London, ont montré dans une publication dans The Lancet Public Health que grâce à un accès plus important aux études supérieures, certaines capacités cognitives se sont améliorées chez les femmes au cours des dernières générations. La génération actuelle des personnes très âgées étant née dans les années 1920-1940, à une époque où peu de femmes avaient accès aux études supérieures, les auteurs estiment qu’un rattrapage de ces inégalités pourra avoir un impact sur les inégalités genrées face au risque de démence.

Un café ?

Pour les proches, pour les professionnels de santé, pour toutes celles et ceux qui veulent échanger sur le sujet, la Ligue Alzheimer organise depuis 2003 des Alzheimer Cafés. Il en existe aujourd’hui 70 à Bruxelles et en Wallonie. Les informations peuvent être obtenues ici.

Ce 21 septembre, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Maladie d’Alzheimer, une nouvelle commune viendra rejoindre les 47 autres localités belges du réseau "Ville Amie Démence", à savoir celles qui ont signé une Charte garantissant une qualité de vie aux patients : la ville de Bruxelles mettra en avant les initiatives qu’elle a prises pour favoriser l’inclusion des personnes concernées par la maladie d’Alzheimer.

Inscrivez-vous à la newsletter Tendance

Mode, beauté, recettes, trucs et astuces au menu de la newsletter hebdomadaire du site Tendance de la RTBF.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous