Economie

Plus de froment, d'orge et de maïs semés en Belgique, leur prix a augmenté avec la guerre en Ukraine

© DAVID PAPAZIAN PHOTOGRAPHY

24 oct. 2022 à 11:33Temps de lecture1 min
Par Belga

Les superficies consacrées en Belgique aux céréales de printemps (froment et orge) et au maïs grain ont sensiblement augmenté de 38,8% ou 20.773 ha en 2022, indique lundi Statbel, tout en attribuant cette évolution à la hausse des prix des céréales provoquée par la guerre en Ukraine.

L'Ukraine est en effet un important producteur mondial de céréales et l'invasion russe a pendant plusieurs mois interrompu les exportations céréalières du pays. Par la suite, ces exportations ont pu reprendre en juillet après un accord entre la Russie et l'Ukraine, conclu sous l'égide de l'Onu et de la Turquie.

Autre tendance constatée par Statbel: la diminution de la superficie plantée de betteraves sucrières s'est poursuivie en 2022 (-3,2%, soit -1.764 ha). Un recul partiellement compensé par l'augmentation de la superficie en chicorée (+9,3%, soit +907 ha).

La superficie de pommes de terre, qui avait diminué en 2021, a quant à elle augmenté de 2,6% (soit +2.295 ha) en 2022. Cette superficie reste toutefois inférieure au niveau de 2020.

Diminution du cheptel bovin

Par ailleurs, le cheptel bovin en Belgique a diminué de 4,8% par rapport à mai 2021 et compte 2,24 millions d'animaux. La baisse touche toutes les classes d'âge et a été la plus marquée chez les bovins de moins d'un an (-7,8%, soit -55.815 animaux), ce qui laisse présager une nouvelle diminution à l'avenir de la population bovine. "Les baisses ont été particulièrement sensibles chez les bovins destinés à la production de viande et les vaches allaitantes. Cette situation est due aux prix très élevés des aliments pour animaux par rapport aux prix de la viande, qui étaient eux aussi supérieurs de 10% à ceux de mai 2021. Le prix plus élevé de la viande s'est avéré insuffisant pour compenser les coûts des aliments pour animaux", explique Statbel.

Malgré le prix favorable du lait, le nombre de vaches laitières a diminué de 2,2 %, soit de -12.075 animaux, par rapport à 2021.

Entre mai 2021 et mai 2022, le cheptel porcin (-4,9% ou -299.110 animaux) a lui aussi reculé.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous