RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sciences et Techno

Plus grande et plus précise que jamais, l’ESA dévoile sa nouvelle cartographie de la Voie lactée

13 juin 2022 à 08:02 - mise à jour 13 juin 2022 à 15:16Temps de lecture1 min
Par Estelle De Houck

Plus grand, plus détaillé et plus précis que jamais : l’ESA dévoile son nouveau – le troisième - catalogue de la Voie lactée. De la température des étoiles en passant par leur âge, on y découvre de nouvelles informations sur les corps qui forment notre Galaxie. Et, cerise sur le gâteau, il y a du belge dans ce nouveau catalogue.

"Un regard nouveau, plus détaillé, sur notre Voie Lactée." Pour la troisième fois, les données du satellite Gaia sont publiées ce lundi.

Le catalogue dresse la carte 3D la plus grande et la plus détaillée de notre galaxie. Grâce au Satellite Gaia – qui tourne autour du Soleil à une distance de 1,5 million de kilomètres de la Terre -, les astronomes ont pu déterminer la température, la composition chimique, la masse et l’âge des étoiles. Sans compter la vitesse à laquelle ces étoiles s’éloignent ou s’approchent de notre planète.

© Tous droits réservés

Autre nouveauté importante mise en avant dans le catalogue : "la variation temporelle de certains détails des spectres stellaires, produite par des 'tremblements d’étoile' ou par le mouvement des étoiles au sein d’un système binaire."

A noter que les étoiles ne sont pas les seules à être étudiées par le satellite. Gaia observe également les corps célestes hors de notre Voie lactée – comme d’autres galaxies ou encore des quasars.

Participation belge

Les publications de données Gaia nécessitent une importante expertise scientifique internationale. Au total, vingt pays européens sont impliqués dans ces travaux ainsi que quatre autres pays non européens.

La Belgique fait partie de ce consortium européen. On y retrouve des astronomes de l’université d’Anvers (UAntwerpen), de l’Université libre de Bruxelles (ULB), de l’Université de Leuven (KU Leuven), de l’Université de Liège (ULiège) et de l’Observatoire royal de Belgique (ORB) aidés par l’aide et le financement apportés par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO) via le programme PRODEX de l’ESA.

L’expertise des chercheurs belges a donc joué un rôle important dans le traitement et l’analyse des données fournies par Gaia.

Le satellite Gaia observe des "tremblements d’étoiles"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Quand la NASA fait chanter l'espace : trous noirs, étoiles et ondes radios transformés en musique

Espace

Articles recommandés pour vous