Regions

Plusieurs associations se plaignent du manque de transparence de l'administration Urban.brussels

 Le secrétaire d'État Pascal Smet (One.brussels-Vooruit), en charge de l'Urbanisme et du Patrimoine.

© © Tous droits réservés

Plusieurs associations bruxelloises actives dans les domaines de l'architecture, du patrimoine culturel et de l'aménagement ont écrit une lettre ouverte vendredi à l'attention de Rudi Vervoort (PS), ministre-président bruxellois en charge du Développement territorial, du secrétaire d'État Pascal Smet (One.brussels-Vooruit), en charge de l'Urbanisme et du Patrimoine, et aux membres du gouvernement bruxellois. Dans cette missive, les associations se plaignent du manque de transparence sur les appels à projets leur permettant d'obtenir des subventions.

Neuf associations ont participé à la rédaction de la lettre ouverte, à savoir ARAU, Arkadia, BRAL - Stadsbeweging voor Brussel, Brukselbinnenstebuiten, Explore.brussels, Inter-Environnement Bruxelles (IEB), La Maison Cauchie, Les Meutes et Toestand. Ces dernières reprochent un retard dans les procédures à Urban.brussels, l'administration en charge de la distribution des subventions. 

Lancé à la fin de l'année 2021, l'appel à projets sur la "sensibilisation et la promotion en matière d'architecture contemporaine, d'urbanisme, de patrimoine culturel ou de rénovation urbaine" devait voir le jury se prononcer en mars 2022. Le gouvernement bruxellois devait statuer sur les projets un mois plus tard. 

Les organisations attendent toujours une décision officielle

"Entre-temps, Urban.brussels n'a communiqué son avis sur les propositions de projets aux organisations concernées qu'à la fin du mois d'août. Cela signifie également qu'aucune décision n'a encore été prise par le gouvernement bruxellois, et que les organisations qui ont soumis un projet en janvier 2022 attendent toujours une décision officielle", stipulent les associations.

Ces dernières insistent sur l'incertitude au niveau de leur bon fonctionnement, inhérent à ces subventions toujours pas perçues. Elles soulignent également que leurs homologues dont le projet sera refusé "perdent également des mois pour chercher des alternatives de financements qui s'avèrent indispensables pour la viabilité de leurs structures et de leurs projets."

Dès lors, les signataires réclament une plus grande transparence dans la procédure d'appel à projets. Pour elle, la composition du jury doit être fournie avec clarté, et l'annonce des lauréats, ainsi que le montant de leur subvention, doit se faire dans un délai assez rapproché de la décision du gouvernement bruxellois. Les associations veulent aussi que les candidats non retenus reçoivent un courrier leur explicitant clairement les raisons de ce refus.

Justifications

Les auteurs de la lettre demandent des justifications quant à la non-application de l'ordonnance de 2008, en vigueur dans la capitale pour la Mobilité et l'Environnement.

"Bruxelles Mobilité et Bruxelles Environnement utilisent une ordonnance de 2008 ouvrant la voie au soutien structurel de ces organisations. Les raisons de la non-application de cette ordonnance, dans le champ de l'urbanisme, doivent également être motivées, évaluées et débattues au sein du gouvernement."

"Nous demandons donc au gouvernement bruxellois de procéder à une évaluation approfondie des procédures de subventionnement, et de le faire en concertation avec les nombreuses organisations qui s'engagent en faveur de l'urbanisme, de l'architecture, du patrimoine culturel et de la rénovation urbaine de la ville", conclut la lettre ouverte.

Service d'urbanisme bruxellois débordé

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La nouvelle bible de l’urbanisme bruxellois prend forme

Regions

Urbanisme à Bruxelles: plus de permis pour les travaux d'isolation et les pistes cyclables locales

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous