Belgique

Pollution à Zwijndrecht : la Chambre veut l'interdiction des PFAS dans les emballages alimentaires

La Chambre a approuvé jeudi en séance plénière une proposition de résolution visant à bannir les PFAS des emballages alimentaires en papier et en carton (boîtes à pizza, saladiers en carton, emballages de sandwiches, boîtes de céréales, sachets de frites, boîtes à pâtes, etc.).

L'acronyme PFAS désigne un groupe de 4.730 substances synthétiques, dites perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées, parmi lesquelles le PFOS, acide perfluorooctanesulfonique, au cœur de la pollution découverte à Zwijndrecht, en province d'Anvers.

Ce texte déposé par le PS l'année dernière est revenu à l'agenda à la suite de cette pollution. Dans un premier temps, la proposition demandait davantage de transparence au sujet de la production et de l'usage des PFAS.

Porté par Daniel Senesael, la portée du texte a ensuite été élargie à la demande d'interdiction des PFAS dans les emballages alimentaires. Des pays comme le Danemark ou les Pays-Bas ont déjà mis en place cette interdiction.

Concrètement, "si début 2023, la Commission européenne ne tranche pas et ne propose pas d'interdire purement et simplement l'utilisation des PFAS dans les emballages alimentaires, alors le gouvernement devra activer les leviers qui sont les siens, et bannir ces substances toxiques de nos emballages alimentaires en papier et en carton au niveau national. L'alimentation est l'un des principaux facteurs d'exposition aux PFAS. Nous ne pouvons accepter que nos concitoyens soient quotidiennement confrontés, sans le savoir, à des emballages contaminés par de telles substances toxiques", a commenté le député fédéral.

Le texte a été approuvé à l'unanimité, moins l'abstention du PTB.

Sur le même sujet

Les Pays-Bas s'inquiètent d'une source de pollution aux PFAS en Belgique

Santé & Bien-être

Des chercheurs américains trouvent des PFAS dans des vêtements pour enfants

Environnement

Articles recommandés pour vous