Pollution à Zwijndrecht : les travaux sur la liaison Oosterweel peuvent reprendre

Le chantier de l'Oosterweel

© BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Les travaux sur la liaison Oosterweel, méga-projet destiné à boucler le ring périphérique d'Anvers, peuvent reprendre, a indiqué mercredi la commission d'experts Terrassement dans son rapport commandé par la ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open Vld). La commission a toutefois émis une série de recommandations à l'adresse du maître d'ouvrage Lantis.

Une ancienne pollution au PFOS - une substance classée comme perturbateur endocrinien et polluant organique persistant - a été récemment découverte dans et autour de l'usine 3M de Zwijndrecht à la suite de travaux d'infrastructures dans le cadre de l'Oosterweel. Les travaux ont alors été interrompus le temps d'examiner la situation. La commission Terrassement, chargée d'évaluer comment poursuivre le projet dans de bonnes conditions, a donné mercredi son feu vert à la reprise du chantier.

Les travaux ont toutefois mené au déplacement d'importantes quantités de terre situées dans une zone polluée. Il est dès lors nécessaire d'analyser d'abord comment ces travaux de terrassement peuvent se faire de manière sûre, sans mélanger de la terre contaminée à de la terre propre et sans mettre en danger la santé de la population.

Le rapport constate en outre que le maître d'ouvrage Lantis a suivi tous les principes de sécurité concernant le terrassement. Pour que les travaux puissent à présent reprendre, les experts énoncent néanmoins plusieurs recommandations.

Pour la commission, tout doit en effet être mis en œuvre pour ne pas aggraver la situation environnementale et des eaux souterraines. Trois points d'attention doivent donc être particulièrement surveillés: la poussière, le sol ainsi que les eaux de surface et souterraines.

Concernant la poussière émise par les travaux, des mesures doivent être régulièrement relevées sur et autour du site. La commission souhaite également un plan de communication interactif pour les résidents locaux, comprenant un point de contact.

Pour les travaux de terrassement, le site doit être divisé en différentes zones en fonction de la teneur en PFOS. Le but est d'éviter que le sol soit remblayé avec une terre présentant des concentrations plus élevées de cette substance. La commission propose à ce sujet de concentrer la terre hautement contaminée dans un accotement, lui-même "enrobé" de manière à ne pas polluer les sols, et placé sur le site de l'usine 3M.

Au sujet des eaux souterraines et de surface, un suivi du niveau et de la qualité de l'eau doit être opéré. Il est également essentiel de ne pas rencontrer de nouveaux flux d'eaux souterraines, et donc de garder un œil sur le ruisseau Palingbeek. Juste à côté de la partie la plus polluée du site, ce dernier doit être élargi. Les travaux concernant le ruisseau sont prévus pour 2023-2024, ce qui laisse donc de la marge pour déterminer à quel point le lit du ruisseau doit être étendu.

Le chargé de mission pour ce rapport, Karl Vrancken, est attendu vendredi devant la commission d'enquête parlementaire afin de répondre aux questions des députés.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous