Regions

Pollution autour des broyeurs à métaux : la Wallonie va tester le sang et les urines des riverains

En Belgique, on recycle chaque année 3,2 millions de tonnes de ferraille.

© RTBF – Investigation

Vivre à côté d’un broyeur à métaux est-il dangereux pour la santé ? Pour le savoir, la Wallonie va lancer un biomonitoring. Elle veut tester le sang et les urines des riverains des sept broyeurs à métaux wallons.

Au total 500 volontaires sont recherchés pour une vaste étude appelée "Biobro". Les profils recherchés sont des adolescents âgés entre 12 ans et 19 ans qui ­­­­­­vivent dans les communes de Beez (Namur), Aubange (Luxembourg), Engis (Liège), Marchienne-au-Pont, Châtelet, Courcelles et Obourg (Hainaut), non loin des entreprises chargées de recycler nos vieilles voitures et nos anciens appareils ménagers.

"Ces dernières années, plusieurs études environnementales ont montré qu’il y avait une pollution autour des sites des broyeurs à métaux, notamment due au rejet des poussières qui contiennent certains polluants, explique Ingrid Ruthy qui pilote le projet pour l’Issep, l’institut scientifique de service public. La ministre de l’Environnement Céline Tellier et l’administration nous ont donc demandé de faire une étude pour voir si les riverains des broyeurs à métaux sont plus exposés aux polluants que le reste de la population wallonne."

Si cette étude se concentre sur les adolescents, c’est pour obtenir des résultats fiables. "Nous allons comparer les résultats avec des données que nous avons déjà pour le reste de la population wallonne dans cette tranche d’âge là, reprend notre interlocutrice. En outre, les adolescents sont un public qui n’est pas encore exposé professionnellement. Les résultats seront donc liés à leur environnement."

Métaux, PCB… une vingtaine de substances analysées

Grâce à ces échantillons de sang et d’urine, l’exposition des riverains à une vingtaine de substances sera analysée. Outre les métaux comme le plomb, les PCB seront également recherchés. Ces composés chimiques sont interdits en Belgique depuis 1986. Mais on en retrouve encore dans les vieux appareils envoyés au recyclage dans les broyeurs à métaux industriels. Or, certains PCB sont cancérigènes. Ce sont en plus des perturbateurs endocriniens.

En 2021, le magazine Investigation de la RTBF avait déjà révélé que les riverains du broyeur de métaux de Châtelet étaient très exposés aux PCB. Des analyses de cheveux réalisées sur des habitants avaient relevé une exposition trois fois supérieure par rapport à une population plus éloignée à Nalinnes.

Envoyez vos sacs d’aspirateur !

A côté des analyses d’urine et de sang, l’étude "Biobro" entend aussi se pencher sur la qualité de l’air à l’intérieur des maisons proches des broyeurs à métaux. Pour ce faire, l’Issep demande aux riverains de lui envoyer les sacs de leur aspirateur, ou le contenu du bac s’il s’agit d’un aspirateur sans sac.

La campagne de recrutement et de prélèvement sera organisée jusqu’en juillet 2022. Pour les premiers résultats de ces analyses, il faudra attendre l’été 2023.

Revoir l’enquête de l’émission #Investigation

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous