RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Matière grise

Pollution marine : des microplastiques dans notre corps ?

Quand on parle de pollution marine, on a souvent en tête l’image effrayante de continents de plastique voguant à la dérive… Si ces amas de déchets existent et peuvent atteindre des proportions gigantesques, ils ne représentent qu’1% de tous les plastiques présents dans les océans. Bien que minuscules, voire microscopiques, ce sont les 99% restants qui sont les plus dangereux pour notre santé.

Les microplastiques, principale source de pollution

En effet, l’immense majorité des plastiques marins sont en fait des microplastiques, situés sous la surface : ces particules proviennent de la fragmentation des gros déchets qui ont gagné la mer après que nous les ayons rejetés. Elles descendent dans la colonne d’eau avant d’être ingérées par des micro-organismes, à leur tour mangés par d’autres organismes de plus en plus gros… Et au sommet de cette chaîne alimentaire, on retrouve bien sûr l’être humain. Ce qui signifie qu’il y a un lien entre le plastique que nous rejetons dans les océans et celui que nous risquons d’ingérer lorsque nous mangeons du poisson ou des fruits de mer…

Mais y a-t-il vraiment du plastique dans la faune marine ? Pour en avoir le cœur net, des chercheurs ont analysé différents poissons et fruits de mer. Et la réponse est oui : des microplastiques se retrouvent régulièrement dans l’estomac des poissons. Certes, il s’agit d’une partie de l’animal que nous ne consommons pas, mais rien ne dit que les scientifiques ne peuvent pas découvrir aussi la présence de microplastiques dans leurs chairs. Quant aux fruits de mer, une étude menée à l’Université de Gand est parvenue à démontrer qu’une portion de 300 grammes de moules contenait 300 microparticules de plastiques…

Perturbateurs endocriniens

C’est donc un fait : nous avons de fortes chances de retrouver dans notre assiette le plastique que nous rejetons dans les mers et les océans. Mais alors, une question se pose : quels seraient les effets sur notre santé ? Pour l’instant, aucune étude n’a encore mis en évidence de cas d’empoisonnement direct par des microplastiques, en tout cas aucun décès que l’on puisse imputer à l’ingestion de produits de la mer contaminés.

Mais une recherche menée à l’université d’Amsterdam a donné un résultat inquiétant. Après avoir réalisé une prise de sang sur un groupe de volontaires jeunes et sains, les scientifiques ont découvert que la majorité d’entre eux présentaient des résidus de microplastiques dans le sang. Il suffirait donc d’une exposition relativement courte pour que ceux-ci se retrouvent dans notre corps. Et certains composants pourraient dérégler notre système hormonal : c'est ce qu’on appelle les perturbateurs endocriniens. Par ailleurs, d’autres travaux ont pu déterminer dans certains cas la présence de microplastiques dans les poumons.

À l’heure actuelle, les recherches sont toujours en cours et on n’a pas encore pu déterminer avec précision un seuil de dangerosité pour notre santé. En fonction des résultats, et dans le cas où les effets néfastes des microplastiques seraient avérés, la recherche devra mettre au point des traitements spécifiques pour tenter de les neutraliser.

Diminuer notre consommation de plastique

En attendant, quelles sont les solutions envisagées pour purifier les écosystèmes marins ? Ceux qui sont les plus médiatisés ne sont pas forcément les plus efficaces. D’une part, l’objectif de certaines organisations de débarrasser nos océans des fameux continents de plastique à la dérive est louable, mais ces derniers ne représentent que la partie visible d’un problème beaucoup plus étendu et nuisible.

D’autre part, le recyclage du plastique semble une bonne idée sur le papier, mais elle risque d’avoir un effet pervers car elle en encourage la consommation. C’est d’autant plus problématique quand on sait que le plastique marin ne peut être recyclé qu’à 1%.

Finalement, la solution la plus efficace est sans doute la plus radicale : réduire notre consommation de plastique. Plus facile à dire qu’à faire, c’est vrai, mais le jeu en vaut sans doute la chandelle…

Pollution marine : des microplastiques dans notre corps ?
Pollution marine : des microplastiques dans notre corps ? Javier Zayas Photography, Getty Images

Sur le même sujet

No Plastic Challenge : 15 jours pour chasser le plastique de notre quotidien

Ecologie

Le monde doit d’urgence s’attaquer à la pollution plastique marine, alerte le WWF

Environnement

Articles recommandés pour vous