Nations League - Foot

Pologne - Belgique : l’urgence d’une victoire convaincante avec un onze expérimental

Youri Tielemans, buteur à Cardiff, sera l’un des cadres présents en Pologne.

" Tout le groupe pense comme moi. " Thomas Meunier y est sans doute allé un peu fort vendredi soir au cœur du Cardiff Stadium au moment de donner un nouvel avis négatif sur la Ligue des Nations. Qu’en pensent les jeunes finalement comme Théate par exemple, ou ceux qui comme Dendoncker ou Tielemans en ont profité pour retrouver de la confiance. Sans oublier Meunier lui-même, ou même Eden Hazard qui en profitent pour revenir dans le coup après une saison parsemée de blessures. On a bien compris que c’est le contexte, le moment choisi pour placer cette compétition, qui font débat davantage que ladite compétition en elle-même. Mais au final, son approche par les joueurs et le staff des Diables Rouges est assez paradoxale finalement.

D’un côté, la Ligue des Nations offre cette opportunité de remporter un trophée et de l’autre, elle exhale comme un parfum de matches amicaux et de préparation à la prochaine Coupe du Monde. Comme si cette compétition n’avait de sens qu’à partir du " final four ". Là c’est clair, tout le monde est à fond. Belgique-France, Italie-Espagne, Espagne-France et Italie-Belgique, ça avait de l’allure en octobre dernier !

Mais pour y arriver, il faut passer outre certaines affiches moins alléchantes.

Et globalement, au vu des sélections et des choix posés par Roberto Martinez lors des 3 derniers matches des Diables Rouges, on a bien compris qu’il souhaitait se servir de ces 4 rencontres pour y voir plus clair dans la perspective du Qatar. Et la nervosité commence à le gagner. Sa sortie assez décalée contre le VAR à Cardiff est là pour en attester. Ces 3 matches ne l’ont pas rassuré. Et pire, ils induisent davantage de questions qu’ils n’amènent de réponses.

Une défense friable

Lors des 12 derniers matches, les Diables Rouges ont gardé le zéro uniquement à 3 reprises ! Evidemment, l’absence de Thibaut Courtois, meilleur gardien du monde actuel et prétendant légitime au Top 10 (au minimum) lors du référendum du prochain Ballon d’or, biaise forcément un peu la statistique. Les Diables Rouges ont pris 6 buts contre les Pays-Bas, la Pologne et le Pays-de-Galles. En partie parce qu’ils ont mal défendu. Mais aussi car, comme le disait Kevin De Bruyne, ils n’ont pas gardé le ballon en fin de match. C’est une lapalissade, mais quand une équipe conserve le cuir, elle diminue de facto les probabilités d’encaisser. Les remaniements opérés derrière ont aussi nui aux automatismes. La défense n’était par exemple pas alignée à Cardiff lors de l’égalisation galloise.

Un milieu dépendant de KDB

Il dégouline tellement de classe et de talent que même en pantoufles comme à Cardiff, il reste le boss. Avec dans son dos Tielemans à son meilleur niveau et Witsel qui fait du Witsel (réguler l’entrejeu), KDB donne le ton, dézone certes parfois, râle souvent, mais son apport, sa faculté à donner le tempo, à fluidifier le jeu le rendent absolument indispensable à l’équipe. Résoudre l’équation de son absence à Varsovie sera l’un des défis majeurs de Roberto Martinez.

Romelu Lukaku, la preuve par l’absence

Soixante-huit buts en 102 sélections pour l’attaquant vedette des Diables Rouges. Au-delà des statistiques affolantes, il y a cette impression d’un vide énorme laissée depuis sa blessure face aux Pays-Bas. Ses duels avec Aké, sa présence physique, son jeu dos au but ont privé les Diables d’un point d’ancrage indispensable au schéma tactique des Diables au Pays de galles. Derrière, son remplaçant, Michy Batshuayi carbure à un rythme dingue de 24 buts inscrits en 44 matches. Il a également participé à la confection du but de Tielemans. Malgré une bonne volonté évidente, sa tendance à dézoner a parfois donné l’impression de déséquilibrer l’ensemble. Openda (un but après 8 minutes pour sa première apparition face à la Pologne) recevra-t-il une chance réelle ce mardi ?

Quid de Sels, Januzaj, Saelemakers, Mechele et Foket ?

On peut imaginer qu’en théorie, Roberto Martinez aurait souhaité donner à chacun des Diables Rouges des minutes. Mais l’urgence d’un résultat va le pousser à devoir trouver un nouvel équilibre sans Lukaku, Meunier, Carrasco, De Bruyne, Boyata et dans une moindre mesure Onana. Sans oublier Courtois et Denayer. Faes a reçu quelques minutes qu’il a mal exploitées face à la Pologne. Qu’en sera-t-il des autres qui n’ont pas reçu la moindre seconde depuis le début de cette Ligue des Nations ? On aurait pu imaginer que le coach veuille récompenser Sels pour sa magnifique saison à Strasbourg. Mais il d’ores et déjà tranché ce lundi soir : ce sera Mignolet. Mais pour le reste, c’est le flou total… On croit juste pouvoir deviner que Mertens et Eden Hazard seront titularisés ce mardi soir à Varsovie. Sera-t-il tenté par ailleurs de placer Castagne au cœur du trio défensif pour lui apporter de la vitesse ?

Composition possible :

Mignolet – Dendoncker, Alderweireld et Vertonghen - Saelemakers, Tielemans, Vanaken, T. Hazard - Mertens, Batshuayi, E. Hazard.

Articles recommandés pour vous