RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Porte-bonheur, symbole du printemps, blanc ou rose, le muguet du 1er mai

Du muguet rose
29 avr. 2022 à 04:30 - mise à jour 01 mai 2022 à 11:24Temps de lecture3 min
Par Martial Giot

Le muguet du 1er mai reste une tradition vivace. Elle fait de ce moment un des plus importants de l’année pour les fleuristes. Cette tradition, comme tant d’autres choses, vous coûtera un peu plus cher cette année.

Le rare muguet rose

L’an dernier, Léo Michotte, fleuriste à Modave, avait innové. Il avait été un des rares et peut-être même le seul du pays, d’après lui, à proposer du muguet rose dans sa boutique "Couleurs Pivoines". Il en vendra à nouveau cette année : "L’année dernière, ça a été vraiment un grand succès. On avait vendu tout très, très vite. Les gens avaient voulu vraiment changer un peu de l’ordinaire et proposer du muguet rose. Cette année, on a doublé la quantité d’achat. On a acheté plus ou moins 400 pots, ce qui est une très grosse quantité pour un petit fleuriste. On a plus ou moins 150 pots qui sont déjà vendus.".

Le producteur de ce muguet est installé à une poignée de kilomètres de la boutique de Léo Michotte : "C’est à Ohey, donc c’est presque le village à côté. Le muguet rose a la chance d’avoir le parfum qui est plus fort. Il est un petit peu plus court et la floraison est toujours un peu plus tardive. Cette année, on a eu de la chance. On a eu assez de chaleur et du soleil et donc il a vraiment bien évolué. Cette année, il sera vraiment bien comme il faut, bien ouvert et avec un bon parfum. Le rose est un petit peu plus cher. C’est toujours la question de l’offre et de la demande. Pour le moment, il n’y en a pas beaucoup, il est un peu plus cher. Maintenant, ce n’est pas un prix excessif. On est à 19,95. On l’arrange dans un vase avec de la mousse. Il y a trois brins dans le pot. Donc c’est quand même assez raisonnable.".

Léo Michotte vend aussi du muguet blanc : "On voit de plus en plus qu’il y a certaines tendances. Par exemple, les montages avec du muguet, un mélange de freesias et pois de senteur, ce qui est pas mal, parce que, une fois que le muguet est fané, les gens peuvent récupérer le montage avec les différentes fleurs qu’il y a dedans et les garder quelques semaines sans problème.".

Un des cinq week-ends importants de l’année

"Bloom", le magasin d’Aurélie Balsamello est, lui, installé à Boncelles. Son muguet, le traditionnel muguet blanc, elle l’achète auprès d’un producteur de Nantes, en France. "Le muguet est commandé depuis début avril.", précise Aurélie Balsamello, "C’est une fleur très éphémère, donc il faut la travailler le plus tard possible. Ces vendredi, samedi et dimanche, ce sera très intensif. Pour nous, c’est un des cinq week-ends importants de l’année. On réalise un gros chiffre sur ce week-end. On est parti sur 4000 brins de muguet. L’année dernière avait été une année très, très favorable. On est très vite tombés à court. Donc on a allongé un peu le stock pour cette année."

En ce qui concerne les demandes de la clientèle… "On a un peu de tout.", explique Aurélie Balsamello, "Il y a des gens qui veulent le traditionnel brin de muguet, sans fleurs en supplément. Il y a des gens qui aiment ajouter une fleur en plus. On vend beaucoup des pois de senteurs et des freesias, donc des choses qui sortent un peu de l’ordinaire. Mais on vend aussi beaucoup, beaucoup de montages avec des brins de muguets dedans."

Nous demandons évidemment aussi à la fleuriste boncelloise si le muguet sera plus cher cette année. Elle nous répond : "Oui, malheureusement. Nous, on prend une qualité "super extra", la plus belle des qualités du muguet. Ils ont annoncé une augmentation déjà au moment de la commande. On va essayer de voir comment ne pas trop répercuter cette augmentation au niveau de la clientèle. Mais, malheureusement, on est sur une augmentation.".

Chaque année, en plus des fleuristes tenant boutique, on voit, un peu partout, des ambulants vendre du muguet. Est-ce une grosse concurrence ? "Oui et non.", répond Aurélie Balsamello, "C’est quand même une concurrence qu’il ne faut pas négliger. Des gens disent que jamais ils n’achèteront du muguet là. Heureusement pour nous. Des gens disent : "On l’a fait et on s’est rendu compte que la qualité n’est pas pareille.". En général, ils ne vendent pas leur muguet beaucoup, beaucoup moins cher que nous, alors qu’ils sont sur trois qualités en moins. Je dis que tout le monde achète vraiment dans une boutique. C’est important pour les fleuristes. Comme tout le monde, on a vécu des coups durs. C’est vraiment important."

Articles recommandés pour vous